Promotion de nouvelles variétés de baies

Le Maroc possède des atouts indéniables qui lui confèrent «un avantage considérable» pour l’exportation de ces variétés vers les marchés européens, ont estimé les intervenants à cette rencontre organisée par le programme Agriculture et agrobusiness intégré (AAI) de l’Agence américaine de Développement sociale (USAID), sous le thème «Les opportunités de marchés et l’introduction de nouvelles variétés de baies au Maroc».
Ils ont cité, à ce propos, la position géographique dont jouit le Royaume, le coût faible de la main-d’oeuvre, les infrastructures routières et de conditionnement, le savoir-faire transposable des producteurs et acteurs de la filière fraise ainsi que la précocité de la production des produits, les bonnes conditions climatiques et les ressources en eau disponibles dans les régions du Gharb et du Loukkos.
Ces atouts sont de nature à faire du Royaume «une source importante de baies à l’échelle internationale», ont-ils dit, soulignant les résultats «positifs» des essais "pilotes" menés par l’AAI au Maroc pour familiariser les agriculteurs à la production de nouvelles espèces de petits fruits rouges. Ils ont ajouté que leur participation à la deuxième édition du Siagrim vise à promouvoir la culture de ces variétés et à aider les agriculteurs à améliorer leur production.
Pour le développement de cette filière, le programme AAI s’est fixé comme priorités l’introduction de nouvelles variétés de baies afin de diversifier l’offre marocaine sur les marchés internationaux et de bénéficier des prix très rémunérateurs offerts par l’importation de ces fruits, indique un document publié par le programme lors de ce deuxième Salon.
Le renforcement des associations professionnelles de la filière pour améliorer son intégration, l’établissement de liens directs entre les producteurs et des structures de commercialisation sur les marchés cibles et le développement des pépinières figurent également parmi les priorités du programme AAI.
Les importations américaines en petits fruits rouges «ne cessent d’augmenter » et l’accord de libre-échange entre le Maroc et les Etats-Unis offre «des opportunités importantes» pour les exportateurs marocains, souligne le document.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *