Province de Taza : Un grand potentiel touristique, mais un effet limité sur le développement durable

Province de Taza : Un grand potentiel touristique, mais un effet limité sur le développement durable

La province de Taza dispose de ressources naturelles remarquables qui lui permettent d’occuper une place de choix au niveau de la diversité biologique, écologique et géologique, et ainsi constituer une destination touristique importante de nature à appuyer le développement économique et social dans la région.
Située au carrefour des chaînes des montagnes du Rif et celles du Moyen Atlas, cette province est riche en montagnes, forêts, gouffres et grottes splendides, qui peuvent constituer un levier important pour le développement du tourisme de montagne et une destination pour les amateurs du sport d’aventure et de spéléologie, à condition d’assurer leur entretien et leur mise en valeur.
La province compte, en effet, 125 cavités souterraines connues, dont les plus importantes sont la grotte Chiguer avec ses 146 m de profondeur et ses 3.765 m de longueur, le gouffre Friouato avec ses 271 m de profondeur et 2.178 m de longueur et la rivière Chaâra avec ses 7.650 m de progression sous terre.
Selon Houcine El Mansouri, président de l’Association marocaine de spéléologie à Taza, cette province avec ses multiples cavernes souterraines peut devenir une destination du tourisme de montagne si les efforts de tous les acteurs concernés sont réunis en vue d’en faire un lieu de rassemblement des spéléologues et des amateurs des curiosités karstiques du globe.
A cet égard, M. El Mansouri a appelé à accélérer l’aménagement des gouffres explorés récemment et à encourager les investissements dans la région, le but étant de faire bénéficier les populations locales des revenus touristiques, sans se limiter aux seuls gouffres célèbres, comme celui de Friouato, qui attire 90 pc des touristes.
Par ailleurs, il a souligné la nécessité de préserver ce patrimoine civilisationnel et culturel, mettant en garde contre le pillage que subissent ces gouffres de la part de visiteurs et de populations locales.
Le Maroc reste un pays de spéléologie par excellence, vue qu’il dispose de 1.000 gouffres, dont 543 classés, au moment où il y a peu d’experts dans ce domaine, a-t-il observé.
La région recèle des montagnes, dont Jbel Bou Iblane et Jbel Bounaceur (3.000 m d’altitude) dont la longue période d’enneigement est propice à la promotion d’activités touristiques et sportives, dont le ski.
Les forêts de la région recèlent plus de 5.000 espèces florales, endémiques ou rares, 27 espèces de mammifères, 83 espèces d’oiseaux et des étendues boisées avec des paysages, gouffres et cascades.
Toutefois, des efforts doivent être consentis en ce qui concerne l’accueil, l’information et le renforcement des structures d’hébergement. Des statistiques indiquent que la capacité des hôtels classés totalise 265 lits et celle des hôtels non classés 217 lits. L’auberge d’Ain Sahla dispose de 36 lits et les Gîtes de 44 lits.
L’implication de la société civile et des acteurs économiques locaux, la création d’une branche de spéléologie à la faculté polydisciplinaire de Taza, la promotion du produit « Grottes », l’incitation des investissements touristiques, la valorisation de l’artisanat et des produits du terroir et l’animation culturelle et artistique s’avèrent forts indispensables pour faire de Taza et ses énormes atouts historiques et naturels, une destination de choix.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *