Provinces du Sud : Création de 58 nouvelles coopératives

Provinces du Sud : Création  de 58 nouvelles coopératives

Les coopératives se renforcent de plus en plus dans les provinces du Sud et s’instaurent aujourd’hui comme un véritable levier du développement économique et social, aussi bien à travers la création de nouvelles entités que par l’ouverture sur de nouveaux marchés et sont aussi source d’un nombre important d’emplois.
Ainsi selon l’Office du développement de la coopération (ODCO), 58 nouvelles coopératives ont été créées en mai dernier dans les trois régions du Sud : 26 au niveau de la région de Guelmim-Smara, 18 pour Oued Eddahab-Lagouira, et 14 au niveau de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra. Ces coopératives se répartissent entre les secteurs de l’agriculture, la pêche maritime, et l’artisanat, et devront jouer un rôle essentiel, particulièrement en milieu rural, dans la lutte contre la pauvreté et le renforcement de l’intégration de la femme dans le développement socio-économique.
Et pour les accompagner l’Office a redoublé d’efforts au niveau de ces trois régions à travers des actions qui ont porté notamment sur la sensibilisation au travail coopératif à travers la formation des coopérateurs et la diffusion de la culture coopérative via des magazines spécialisés et des rencontres d’information et de communication. Il veille à l’émergence d’une nouvelle génération de coopératives performantes et innovantes en les aidant à dépasser certaines contraintes et en leur garantissant un niveau d’entrepreneuriat et d’innovation. Les coopératives œuvrant à l’échelle des provinces du Sud se distinguent par une forte dynamique, puisqu’elles offrent notamment la possibilité aux jeunes diplômés de créer leurs propres entreprises et de s’intégrer dans la vie active, et assurer aux femmes des activités génératrices de revenus supplémentaires.
Toutefois ces entités rencontrent plusieurs obstacles dont le manque d’expertise et de compétence dans l’élaboration des projets, déséquilibre de la gestion financière, insuffisance qualitative des produits, accès difficile au financement et déficit sur le plan réglementaire.
Rappelons que la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra est dotée depuis 2010 d’un contrat-programme de promotion de l’économie sociale et solidaire des petites et très petites entreprises. Ce programme s’étend sur 5 ans et est financé par le Fonds d’économie sociale avec une enveloppe budgétaire de 105,5 millions de dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *