Provinces du Sud : Le Plan de développement de l’artisanat est à mi-chemin

Provinces du Sud : Le Plan de développement de l’artisanat
est à mi-chemin

Le Plan de développement régional de l’artisanat 2009-2013, lancé dans les provinces du Sud, vise à hisser ce secteur pour le rendre plus compétitif. Le plan, lancé dans les trois régions du Sud par le secrétariat d’Etat chargé de l’artisanat, consacre une enveloppe de 73 millions DH pour améliorer la productivité de ce secteur vital dans les provinces du Sud. Ainsi ce plan consacre 12,2 millions DH pour la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra, 13,3 millions DH pour Guelmim-Smara, et 13,7 million DH pour Oued Eddahab-Lagouira. Une enveloppe d’environ 34,4 millions DH est consacrée aux actions communes aux trois régions. Les trois grands axes de ce plan portent sur le développement de la production, la vente des produits artisanaux à fort contenu culturel et l’amélioration des conditions de travail de l’ensemble des artisans. Par le biais de ce plan qui est à mi-chemin, tous les intervenants dans le secteur de l’artisanat s’engagent à apporter un support spécifique pour répondre à la problématique de la production au niveau du secteur de l’artisanat dans les régions du Sud qui cherche une nouvelle identité, et ce en assurant la mise à niveau de l’ensemble de la chaîne de valeur des filières à travers la mise à disposition des artisans de collections de produits gratuites et libres de droit achetées auprès de designers marocains et étrangers, la facilitation de l’approvisionnement en matière première pour l’argent dans un premier temps à travers l’implantation de grossistes d’argent dans la région. La réalisation d’expertises techniques pour l’amélioration des procédés de fabrication à raison d’une expertise par an en commençant par la filière du cuir. Le renouvellement et la modernisation de l’outillage collectif des artisans organisés en coopératives. Ce plan prévoit aussi des mesures pour appuyer la formation professionnelle, à travers la définition des actions de formation continue adaptée aux artisans, le développement de la formation résidentielle et par apprentissage, et l’organisation de séances de sensibilisation à destination des jeunes. D’autres actions seront lancées pour assurer la commercialisation des produits des mono-artisans, et ce en vue de développer les ventes vers d’autres cibles de consommateurs à fort pouvoir d’achat, à savoir les résidents des grandes villes et les touristes étrangers..

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *