Reboisement de 13 hectares d’arganier

Reboisement de 13 hectares d’arganier

Une opération de plantation de 4.300 plants d’arganier sur une superficie de 13 hectares a été donnée, dimanche, sur le site de Tamsirt dans la commune rurale de Meskala (province d’Essaouira) dans le cadre de la régénération de l’arganeraie.
La cérémonie de lancement s’est déroulée en présence du haut commissaire aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, Abdeladim Lhafi, du gouverneur de la province, Nabil El Kharroubi, et du directeur des Laboratoires Galénic du groupe français Pierre Fabre, partenaire du projet.
Initiée par la Fondation Mohammed VI pour la recherche et la sauvegarde de l’arganier, cette opération s’inscrit dans le cadre de la stratégie du Haut Commissariat visant le reboisement en arganier de 20.000 ha en collaboration avec les services gouvernementaux concernés et la société civile.
Dans une déclaration à la MAP, M. Lhafi a souligné que le Haut Commissariat mettra à la disposition des bénéficiaires tous les moyens et l’expérience nécessaires à l’aboutissement de cette opération, indiquant que ce reboisement précoce vise à tirer profit des pluies d’automne et d’hiver. Après avoir salué le partenariat «exemplaire» pour la concrétisation de ce projet lancé il y a deux années, Gilles Dore, directeur du laboratoire français, a souligné, de son côté, l’importance de l’organisation de journées scientifiques sur l’arganier au Maroc et en France où les experts partagent leurs expériences et essayent de percer le secret de l’arganier et de chercher ce qu’il faut valoriser dans le produit. Pour sa part, Katim Alaoui, directrice générale de la Fondation Mohammed VI pour la recherche et la sauvegarde de l’arganier, s’est félicitée de cette synergie qui a mis en commun tous ces efforts, soulignant l’apport du groupe français au financement de cette action à travers l’opération «Un euro pour arganier».
Par ailleurs, Mme Alaoui a vanté l’impact de tels projets sur l’amélioration des conditions de vie de la population locale, notamment pour la création d’activités génératrices de revenus et la mise en place de structures au profit de la population ou encore d’aides à l’équipement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *