Renforcer la coopération pour un développement durable

La troisième convention-cadre de partenariat, signée dernièrement entre la région de l’Oriental et celle de Champagne-Ardenne (France), sera effective jusqu’à 2015. Elle focalisera sur neuf axes prioritaires de coopération : l’agriculture, l’aménagement du territoire, la formation, le développement durable, la recherche et l’innovation, les TIC, les secteurs socio-économico-culturels et la coopération institutionnelle en plus de l’accompagnement des petites et moyennes entreprises. Une instance permanente veillera à l’application de cette convention tout en orientant et en impulsant ladite coopération. C’est ce qui ressort des différentes interventions lors de la cérémonie de signature de cette convention. Que ce soit Jean-Paul Bachy, président de la région Champagne-Ardenne, Ali Belhaj, président du conseil régional de l’Oriental, Mohammed Mbarki, directeur de l’Agence de développement de l’Oriental, Mohammed Brahimi, wali de l’Oriental, ils ont tous plaidé pour le renforcement de la coopération décentralisée entre régions françaises et marocaines. Ils ont aussi rappelé que cette convention se veut mutuellement profitable et ambitionne de générer de nouvelles offres de développement en soutenant l’insertion des jeunes par l’économie et la promotion des activités féminines. Intervenant lors de la signature de cette convention, M. Brahimi a précisé que cette coopération s’appuie sur plusieurs formes de travail en commun pour consolider l’ensemble des passerelles de complémentarité initiées par les forces vives des deux régions. Quant à M. Mbarki, il a noté que l’ambition partagée vise à surmonter tous les problèmes et cimenter davantage une coopération décentralisée qui peut servir d’exemple. Pour sa part, M. Bachy a expliqué que l’Oriental est en phase de transformation pour devenir un pôle compétitif et de fait une région stratégique. Même son de cloche chez Ali Belhaj qui a plaidé pour une coopération rationnelle qui répond aux attentes réelles de la population. «En somme, c’est une convention qui s’adapte aux nouvelles attentes et données notamment la promotion des produits du terroir à l’instar de la clémentine de Berkane, le mouton de Beni Guil, les dattes de Figuig, les truffes des hauts plateaux et les nèfles de la région», a expliqué à ALM Mohammed Zaoui, cheville ouvrière de cette convention. Le deuxième secteur ciblé par cette nouvelle convention n’est autre que la valorisation de l’écotourisme et les activités se rapportant au tourisme de niches. Le but étant de conforter l’offre balnéaire par la diversification des attractivités alternatives et les dépaysements convoités par plusieurs catégories de touristes européens. C’est aussi pour valoriser un tourisme alternatif et durable.
En chiffres, cette coopération se résume en une contribution de l’ordre de 1,4 MDH comme participation du PAD (qui est un programme d’appui à la coopération décentralisée maroco-française) et de 98 000 euros comme participation de la région Champagne-Ardenne. Une somme à effet de levier pour attirer d’autres sources de financement et de coopérations.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *