Réunion des Amis de l’Environnement

La ville d’Agadir a abrité du 13 au 14 avril la première réunion du groupe des amis  de l’Organisation des Nations Unies de l’environnement (ONUE). Cette rencontre s’est fixé pour but l’actualisation des réflexions et des actions portant sur la gestion internationale des problématiques de l’environnement. Dans son mot d’ouverture, le ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Eau et de l’Environnement, Mohamed El Yazghi, a insisté sur l’importance de créer un cadre d’échange d’expériences sur ce sujet et la nécessité de multiplier les efforts déployés dans le cadre de la gouvernance écologique mondiale. «Notre rencontre, durant ces deux jours, a pour objectif de faire avancer la réflexion sur les moyens d’activer la mise en place d’une institution internationale pouvant faire face à la dégradation de l’environnement, reconnue désormais comme l’une des menaces les plus sérieuses que connaît l’humanité aujourd’hui», a-t-il indiqué.
Nelly Olin, ministre française de l’Ecologie et du Développement durable, a estimé que cette rencontre est une occasion pour étayer et élargir davantage la concertation sur la gouvernance internationale de l’environnement. Cependant, elle a relevé plusieurs questions ayant rapport avec la conciliation du renforcement du PNUE (programme des Nations Unies pour l’environnement) et l’émergence d’une ONUE. «Comment garantir, aujourd’hui, que les avancées du PNUE se soldent réellement par le saut qualitatif que nous attendons tous,et qui est le seul moyen qui pourra répondre à l’ampleur des défis qui nous attendent ?», s’est-elle interrogée. Cette rencontre doit, selon Mme Olin, favoriser un dialogue fructueux et très large afin de dégager les lignes consensuelles sur ce que pourrait être cette organisation. Dans le même contexte, l’ensemble des intervenants a réitéré son engagement pour répondre aux perspectives prometteuses qui émaneront de ce débat.
Quatre thèmes de réflexions ont été soumis par Mme Olin à l’ensemble de l’assistance pour débattre des préoccupations environnementales lors des ateliers : la conciliation entre le développement et environnement, le renforcement du  PNUE et l’émergence de l’ONUE, l’interdépendance des enjeux, l’approche inclusive et participative des questions trans-sectorielles. Cette rencontre  qui intervient après deux mois d’une conférence organisée à Paris se veut une occasion pour les membres de l’ONUE de prospecter des voies de développement durable à la fois pour les pays développés et ceux en voie de développement. Il est à souligner que ledit groupe (amis de l’ONUE) est né lors de la conférence qui a eu lieu dans la capitale française. Ce groupe réunit plus de quarante pays et a pour mission de dessiner les contours de la future organisation, devant de mettre en œuvre des décisions pour la préservation de l’environnement mondial.
Ont assisté à cette conférence plusieurs ministres, ambassadeurs, et représentants de plusieurs pays (Autriche, Belgique, France, Algérie, Corée du Sud, Grèce, Gabon). Il est à rappeler que le Maroc a organisé d’autres rencontres décisives pour l’environnement, dont la septième édition COP de la convention sur le changement climatique, tenue en 2001 à Marrakech. Il est à rappeler que c’est cette manifestation qui a permis l’entrée en vigueur du protocole de Kyoto qui constitue une étape déterminante dans la lutte contre les changements climatiques.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *