Souss-Massa-Draâ : Un programme ambitieux pour réhabiliter les casbahs et ksour

Souss-Massa-Draâ : Un programme ambitieux pour réhabiliter les casbahs et ksour

Le projet de revalorisation et reconversion des kasbahs et ksour semble sur de bons rails. Ainsi, après un appel à manifestation d’intérêt lancé à destination des propriétaires des casbahs et Ksour des régions de Dades, Draâ et Ziz, une trentaine de candidatures ont été déposées, le 21 juin 2011, à la Société marocaine de valorisation des casbahs (SMVK). Les prochaines étapes à entamer pour donner jour à ce programme ambitieux consistent aujourd’hui à sélectionner les meilleurs candidats dans le cadre d’une cellule d’études et de recherches établie par la SMVK. Par ailleurs, des négociations des formules de partenariat à entreprendre seront également envisagées. Notons dans ce cadre plusieurs pistes de partenariat dont la location, la vente ou l’élaboration d’un partenariat avec la SMVK. Cette étape sera suivie par la réalisation des études de faisabilité et des études architecturales qui permettront de lancer des travaux de réhabilitation et de reconversion avant de s’attaquer dans une dernière phase à la stratégie de communication et de promotion. Pour rappel, le projet de revalorisation et de reconversion des casbahs et ksour s’inscrit dans le cadre de la Vision 2020. Ainsi, la région du Souss-Massa-Draâ sera la première région bénéficiaire du programme patrimoine et héritage de cette vision. Ce programme consiste à valoriser le patrimoine architectural marocain à travers la réhabilitation et la reconversion de certains édifices, disposant d’un cachet architectural particulier, à des fins touristiques, soit en structure d’hébergement ou en équipement d’animation. Le budget consacré à cette première étape est de l’ordre de 400 MDH dont 150 MDH en fonds propres. Et c’est la SMKV qui se porte promoteur de ce projet. Créée à Ouarzazate suite aux 10èmes Assises du tourisme, la SMVK est une société anonyme à directoire et conseil de surveillance. Trois acteurs nationaux constituent l’ossature de la nouvelle société. Ainsi, le capital de 400 MDH est détenu à hauteur de 34% par Madaef, filiale de la CDG, tandis que le Groupe Akwa et la SMIT y participent à hauteur de 33% chacun. Il est à signaler que cette première étape s’étalera de 2011 à 2013. Outre la réhabilitation du patrimoine, ce projet permettra également d’instaurer une nouvelle stratégie de développement local. Cette première phase verra la conversion et la valorisation de dix casbahs d’une capacité prévisionnelle totale de 350 lits, soit 30 à 40 lits chacune. Ce qui générera de nouvelles recettes pour la région et permettra l’instauration d’une nouvelle niche de tourisme culturel.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *