Tadla-Azilal  : Appel à la mise à niveau du secteur d’élevage

Les participants à une journée d’étude sur la filière des viandes rouges ont appelé à la mise à niveau des unités d’élevage dans la région de Tadla-Azilal en vue de faire face aux contraintes au niveau d’infrastructures et équipements d’abattage.
Les différentes interventions à ce débat initié par l’Office régional de mise en valeur agricole (ORMVAT) ont jugé cette restructuration nécessaire pour le développement du secteur et l’intensification de l’encadrement sanitaire du cheptel. Evoquant les contraintes qu’affronte la filière, le président de l’Association des producteurs des viandes rouges du Tadla, Abderrahim Chetbi a déploré l’absence de locaux de stabulation, l’existence de constructions anciennes situées généralement au milieu des agglomérations, le manque de dispositifs de l’abattage des animaux saisies, l’absence de locaux sanitaires et manque de formation et d’encadrement des opérateurs. Par ailleurs, M. Chetbi a appelé à tirer profit des potentialités et atouts dont dispose la région, citant notamment sa situation géographique idéale avec un climat favorable, la proximité des centres urbains, des liaisons autoroutières et aéroportuaires et l’existence d’un périmètre irrigué et de ressources hydrauliques importantes. M. Chetbi a aussi mis en exergue une pratique des cultures fourragères variées et une tradition d’élevage ancrée.
Les autres intervenants ont insisté sur l’identification et la création d’une base de données regroupant les éleveurs et la mise en place d’une politique d’intégration et de soutien de la filière en amont. Ils ont aussi plaidé pour la mise en place au sein des coopératives de cellule de suivi d’ateliers d’engraissement en collaboration avec l’association et les services de l’élevage dans le but de l’application du schéma de mise en valeur et de la promotion de l’activité.
Dans ce sens, ils ont plaidé pour des programmes de prophylaxie sanitaires et appelé à l’adhésion volontaire au programme de dépistage des maladies réputées contagieuses pour une meilleure rentabilité et à une politique de coordination de l’approvisionnement en intrants nécessaires à des conditions favorables. Le chiffre d’affaires du secteur des viandes rouges au Maroc est de l’ordre de 20 milliards de dirhams. La filière participe avec 400 millions de journées de travail dans le monde rural. Au niveau de Tadla-Azilal, le secteur assure 11 % de la production nationale avec 42.000 tonnes par an. La région compte aussi 250.000 têtes de bovins.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *