Tadla-Azilal : le géoparc de M’goun, un site de renommée mondiale

Tadla-Azilal : le géoparc de M’goun, un site de renommée mondiale

Une commission d’experts de l’UNESCO, composée de Guy Martini et de Claudia Echhardt, experts en matière de géoparcs, a effectué dernièrement une visite au géoparc du M’goun. «Cette visite vise à préparer la validation de l’appartenance du géoparc de M’goun au réseau mondial des géoparcs», a déclaré Ahmed El Haouti, président de l’association du géoparc de M’goun. Etendu sur une superficie de 12.500 km2, et qualifié par ses initiateurs de «grand livre de la nature d’hier et d’aujourd’hui», le géoparc de M’goun recèle des potentialités géologiques, culturelles et touristiques non négligeables au niveau mondial. «Des efforts considérables ont été déployés, grâce au wali de Tadla-Azilal et aux autorités locales de Beni Mellal et d’Azilal, pour valoriser ce trésor unique en son genre», a poursuivi M. El Haouti. Le géoparc de M’goun est une contrée où des traces fossilisées de dinosaures ont été découvertes (dinosaures sauropodes, théropodes…). «C’est un gisement d’une renommée internationale», a estimé M. El Haouti. C’est dans cette terre qu’un grand nombre de traces de dinosaures a été découvert. Ait Bouguémaz, le pont d’Iminifri, Ouaoumda, entre Tilouguit et Ouaouizerht, la région d’Ibaklioune…autant de régions à Tadla-Azilal qui constituent un patrimoine culturel, géologique et historique de renommée mondiale. Le projet du géoparc de M’goun a vu le jour en 2004 suite à la signature d’une convention cadre entre Mohamed Dardouri, wali de Tadla-Azilal et gouverneur de la province de Beni Mellal, les présidents des conseils provinciaux et régionaux de Tadla-Azilal et l’Association pour la protection du patrimoine géologique du Maroc (APPGM). D’autres partenaires se sont joints à ce projet, notamment le ministère de l’Energie et des Mines pour mettre à la disposition du géoparc la collection du Musée des sciences de la Terre de Rabat. Le projet de ce géoparc se fixe comme objectifs de préserver le patrimoine culturel, architectural, historique et géologique de Tadla-Azilal. La valorisation de ce géoparc développera le tourisme et un grand nombre d’activités génératrices de revenus. Ce sera un projet économique et culturel, de grande envergure, qui participera à la lutte contre la pauvreté et la précarité. Et pour promouvoir le tourisme dans cette région connue pour sa nature et ses ressources hydriques des projets ambitieux y ont été réalisés ou en cours de concrétisation. 
«En plus de ce géoparc, nous disposons d’un Musée des sciences de la Terre qui est en voie de construction dans cette région. Notre objectif est de faire partie du réseau mondial des géoparcs afin de développer le tourisme et de préserver l’identité culturelle de cette région», a conclu M. El Haouti.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *