Tadla-Azilal : Le système éducatif en quête de remède

Tadla-Azilal : Le système éducatif en quête de remède

La Chambre d’agriculture à Beni Mellal a abrité, récemment, la première rencontre régionale explicative du rapport du Conseil supérieur de l’enseignement sur l’état et les perspectives du système d’éducation et de formation. Ont assisté à cette journée explicative Mohamed Kharbach, membre du Conseil supérieur de l’enseignement, Khalid Choulli, directeur de l’AREF de Tadla- Azilal, Abderrahmane Belyazid, délégué du ministère de l’Education nationale de Beni Mellal, ainsi que d’autres participants représentant le corps enseignant, les syndicalistes, etc. Dans son allocution, le délégué du ministère de l’Education nationale (MEN) a affirmé que ce ministère organise des réunions avec les différents membres du corps enseignant dans le but d’expliquer le rapport du Conseil supérieur de l’enseignement. Il a ainsi indiqué que des rencontres régionales au niveau des établissements scolaires mettront l’accent sur la présentation de la situation actuelle de l’enseignement au Maroc et sur les propositions du Conseil. M. Belyazid a ajouté que ce premier rapport du genre vise à diagnostiquer la situation actuelle avant de présenter quelques propositions qui traceront des objectifs permettant de remédier aux dysfonctionnements de l’école marocaine. De son côté, Mohamed Kharbach a présenté des explications sur le rapport, affirmant qu’il s’agit du fruit de mûres réflexions. De surcroît, il n’impose aucune méthode à suivre mais il propose des pistes qui ont pour but de contribuer à l’évolution du système d’éducation et de formation marocain. Le rapport comprend deux grands volets. Le premier porte une vision générale sur l’école marocaine, et surtout sur les réalisations  dans le domaine de l’enseignement. Le second volet, lui, présente les cinq dysfonctionnements et les éventuels remèdes à la situation problématique de l’enseignement.
Parmi ces dysfonctionnements, le rapport cite la déperdition scolaire, le taux faible, la généralisation du préscolaire, les difficultés des programmes, l’analphabétisme, le taux élevé du redoublement (par exemple ; 17% au secondaire, 30 % à la 3ème année collégiale…). De surcroît, et selon le rapport, 390.000 élèves quittent l’école chaque année. Au titre de l’année 2006-2007, 180.000 élèves ont quitté l’école. Chaque année, 200.000 élèves abandonnent l’école à cause de l’échec scolaire. L’infrastructure n’a pas échappé au délabrement puisqu’en 2006-2007, quelque 9000 salles étaient en état de détérioration. Le rapport met aussi l’accent sur les mauvaises conditions dans lesquelles vivent les enseignants surtout dans le monde rural, le problème des langues vivantes, la formation continue, le problème des ressources humaines.
Si le rapport dresse un bilan négatif de la situation, c’est dans le but d’inciter les acteurs de la formation et de l’éducation à porter leurs contributions, à évaluer le système éducatif et à se concerter pour tenter de trouver des solutions à la crise de l’enseignement. Après la lecture et l’explication des grandes lignes du rapport explicatif du CSE, les interventions des participants ont porté sur différents points et remarques relatifs au système éducatif.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *