Tadla-Azilal : Le travail associatif au service du développement

Tadla-Azilal : Le travail associatif au service du développement

Sous le thème «La coopération territoriale pour le Maroc», un atelier de travail portant sur un projet visant le soutien du processus de renforcement de la société civile marocaine a été lancé, samedi 31 octobre, à la Chambre de commerce, d’industrie et de services à Beni Mellal. Initié par le programme PASC- INDH (Programme d’appui à la société civile) et à travers l’action coordonnée d’un réseau d’ONG italiennes actives au Maroc, ce programme vise à renforcer les connaissances des ONG italiennes et marocaines en matière de stratégies et techniques de coopération territoriale. Ceci à travers un échange mutuel sur les expériences de partenariat et de coordination. Ce programme vise également à promouvoir le rôle territorial du réseau des ONG marocaines et italiennes via la création de pôles de compétences au niveau territorial (pôles de solidarité territoriale). Le projet prévoit aussi un système de gestion capable d’assurer, pendant toutes les phases, une implication continue et constante des différents acteurs du réseau des ONG italiennes et ses partenaires marocains tant au niveau stratégique que technique. Ceci à travers la constitution d’un comité de pilotage responsable des activités de logistique, de communication interne et externe et d’administration. Pour Massimiliano Di Tota, coordonnateur de la CISS (Coopération internationale Sud-Sud), «il s’agit, aujourd’hui, de la dernière étape du programme PASC qui est financé par le gouvernement italien et géré par le PNUD. Ce projet se fixe comme objectifs de créer un partenariat entre les associations marocaines et italiennes et gérer, ensemble, des projets dans le domaine du développement social, dans différentes régions du Maroc. De 2007 à 2009, une enveloppe budgétaire de 2 millions d’euros a été allouée à une quarantaine de projets. On a aussi créé un réseau avec tous nos partenaires dans le monde entier portant sur l’enfance, la jeunesse et la gestion des ressources naturelles».
Les interventions des participants ont porté sur les bonnes pratiques des ONG italiennes en matière de gouvernance, de planification et de développement local, l’expérimentation d’un programme parascolaire de sensibilisation et de formation au profit des jeunes des médiathèques des régions de Tadla-Azilal et Chaouia-Ouardigha, la mobilisation des femmes émigrées en Italie et la création de réseaux autour d’une expérience de co-développement.
De surcroît, lors des tables rondes organisées, l’accent a été mis sur quatre thèmes essentiels : «Quelle stratégie de planification territoriale pour les associations marocaines ?» «Quel modèle de gouvernance pour les associations marocaines?» «Quelle forme de coordination et de réseautage pour les associations marocaines?» et «Quelle collaboration possible entre les associations marocaines et les ONG italiennes ?

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *