Tadla-Azilal : Sortir l’enseignement de sa léthargie

La secrétaire d’Etat, chargée de l’Enseignement scolaire, Latifa El Abida, a présidé au siège de la wilaya à Beni Mellal, jeudi 24 avril, les travaux de la 6ème session du conseil administratif de l’AREF de Tadla-Azilal. Après l’intervention du wali de la région Tadla-Azilal qui a mis en exergue l’importance et le rôle de la formation et de l’éducation dans le développement humain, l’allocution de Mme El Abida a porté sur l’importance des travaux de la 6ème session du conseil administratif de l’AREF qui viennent juste après la visite royale effectuée dans la région Tadla-Azilal .
La secrétaire d’Etat a ajouté que des réalisations ont été concrétisées dans le domaine de la généralisation de l’enseignement puisqu’elle a atteint, sur le plan national, 94% au niveau du primaire, 75,5% au niveau du collégial et 48% au secondaire qualifiant même si la scolarisation des enfants âgés entre 4 et 5 ans est de 59,7 %. Bien que ces efforts aient été fournis, toujours selon la secrétaire d’Etat, certains problèmes entravent toujours le développement de l’enseignement au Maroc. Le redoublement a atteint 10,5 % au primaire, au collégial il est de 18,3% et de 15,2% au secondaire qualifiant. La déperdition scolaire reste encore élevée, 5,7% au primaire, 13,6 au collégial et 13,9 au secondaire. Sur le plan de la région de Tadla-Azilal, la scolarisation des enfants âgés de 4 à 5 ans, 6 à 11 ans, 12 à 14 ans et 15 à 17 ans est respectivement de 51%. 90% ,70% et 37%. Par ailleurs, le taux de redoublement au primaire, au collégial et au secondaire est de 12,4% ; 16,1% et 32,8%, celui de la déperdition scolaire est de 2,28%, 4,69% et 4,65%.Toujours selon Mme El Abida, le sureffectif scolaire dans la région de Tadla-Azilal, s’il est considéré au-dessus de 41 élèves par classe, est de 10,6% au primaire ; 22% au collégial et 10% au secondaire qualifiant. Malgré les efforts déployés dans la région, les résultats restent encore au-dessous des aspirations par rapport à ce qui a été réalisé sur le plan national. Le débat des participants, après l’intervention de la secrétaire d’Etat, a mis l’accent sur les problèmes de la déperdition scolaire dans la région, du redoublement, des internats, des conditions défavorables dans lesquelles vivent et les élèves et les professeurs surtout dans les zones rurales, le taux très bas de la scolarisation dans la campagne, vu les conditions désastreuses qui ne permettent pas aux élèves d’accéder facilement à l’école ( éloignement, manque de moyens de transport , le froid…). Le problème des programmes scolaires a été aussi au centre des débats dans la mesure où il constitue, selon le représentant des Associations des parents d’élèves, l’une des causes de la déperdition scolaire (les programmes sont surchargés et ils ne répondent pas aux attentes des élèves). D’autres membres du conseil ont demandé le renforcement du budget alloué à l’AREF pour qu’elle soit capable de remédier à la situation. Dix interventions sur deux heures de débat ont été au menu de cette réunion, ce qui démontre la grande volonté des participants qui voudraient cerner les problèmes relatifs au domaine scolaire dans la région de Tadla-Azilal. Malgré la situation de l’enseignement qui laisse à désirer dans la région, des efforts considérables se déploient et d’autres perspectives d’avenir pour les années 2008-2009 et 2010 sont en cours de réalisation. Par exemple, la scolarisation des enfants âgés de 6 ans passerait de 89% en 2007 à 92% d’ici 2010.
Toujours au niveau du primaire, le budget global alloué aux constructions, à l’équipement, aux ressources humaines et à la formation continue, est estimé à 22.370.000.00 DH au moment où celui du collégial sera de 87.520.000.00 DH et au niveau du secondaire qualifiant, il atteindra un montant global de 65.250.000.00 DH. Sur le plan de la lutte contre l’analphabétisation et l’éducation non formelle, le coût du budget de ces opérations est estimé à 17.300.000 DH.
La secrétaire d’Etat a précisé que le ministère a pris des mesures relatives à la dynamisation de la vie scolaire par des initiatives s’inscrivant dans le cadre d’une démarche interactive entre les établissements scolaire et la société civile. Le ministère opte pour l’amélioration de la qualité de la scolarité, pour la lutte contre la déperdition scolaire et le phénomène du sureffectif scolaire… Pour sa part, Le Directeur de l’AREF de Tadla-Azilal, Khalid Choulli a mis l’accent sur la qualité des interventions des participants et sur les mesures prises dans le but de trouver des solutions aux problèmes qui désagrègent le secteur de l’enseignement dans la région. Ont assisté aux travaux de cette 6ème session du conseil administratif de l’AREF de Tadla-Azilal, la Secrétaire d’Etat, chargée de l’Enseignement scolaire, Latifa El Abida, le wali de la région Tadla-Azilal et gouverneur de la province de Beni Mellal, le gouverneur d’Azilal, Khalid Choulli, directeur de l’AREF de Tadla-Azilal, le président de l’Université Moulay Slimane, le vice-président du conseil régional de Tadla-Azilal, les délégués provinciaux du ministère de l’Education nationale de Beni Mellal et d’Azilal, les représentants de tous les secteurs ministériels et ceux de la presse régionale et nationale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *