Tanger : 1ère rencontre euro-méditerranéenne des coopératives de pêche

Tanger : 1ère rencontre euro-méditerranéenne des coopératives de pêche

La ville du détroit a abrité, les 12 et 13 novembre, la première rencontre euro-méditerranéenne des coopératives de pêche sous le thème «Les coopératives de pêche, en tant que levier de développement économique et social de la région». Organisée par le département de la Pêche maritime et en collaboration avec des partenaires et organismes nationaux et internationaux, cette première rencontre a connu la participation des représentants des pays du pourtour de la Méditerranée et de l’Europe ainsi que ceux d’Organisations internationales tels que l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Bureau international du travail (BIT) «pour débattre d’un thème d’actualité et dont les enjeux sont partagés entre tous les pays de la région», a expliqué le secrétaire général du département de la Pêche maritime, Mohammed Tarmidi. Cette manifestation s’assignait pour objectif de donner une nouvelle impulsion à la coopération en matière de «l’organisation des communautés de pêcheurs en coopératives de pêche et la recherche pour ces formes d’entreprises sociales des voies et des moyens pour améliorer leur activité professionnelle et par conséquence leur rentabilité commerciale», a précisé M. Tarmidi. Ce responsable a poursuivi que cette manifestation «vient à point nommé pour renforcer la vision émise par le plan stratégique du secteur halieutique «Halieutis», lancé officiellement par SM le Roi Mohammed VI, il y a quelques jours à Agadir». Et de faire remarquer que «l’activité de pêche constitue une composante essentielle dans l’économie marocaine et à l’échelon de la région, en raison de son importante contribution à la promotion de l’emploi, à la sécurité alimentaire du pays et à l’apport en devises».
Par ailleurs et à l’instar des autres secteurs, un plan de développement du secteur de la pêche maritime «baptisé Plan Maroc Bleu vient d’être adopté. Il s’est fixé comme objectifs, entre autres, la mise à niveau des 16.000 barques artisanale, chose qui favorise le développement des coopératives de la pêche artisanale», a affirmé Lahcen Elomrani, spécialiste en accompagnement social.
Selon les données du Plan national de l’aménagement du littoral (PNAL) mis en place par le département de la Pêche maritime, la pêche artisanale emploie directement près de 100 000 personnes, et représente 60% des exportations du poisson frais. «La création des coopératives de la pêche artisanale n’est pas une simple procédure administrative, mais plutôt un processus humain compliqué qu’on peut réussir», a conclu M. Elomrani. Les participants à cette rencontre ont souligné, entre autres, l’importance de la création d’un espace de concertation régional et national pour adhérer au réseau euro-méditerranéen des coopératives de pêche. Ils ont appelé à encourager et accompagner les coopératives à réaliser des activités génératrices de revenu et le renforcement des capacités professionnelles et organisationnelles dans ce secteur coopératif.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *