Tanger : 5ème édition des rendez-vous de l’histoire

Tanger : 5ème édition des rendez-vous de l’histoire

à l’instar des précédentes éditions, cette manifestation a connu la participation des historiens, des chercheurs universitaires et des politologues issus du Maroc, du Moyen- Orient, d’Afrique et d’Europe. La cérémonie d’ouverture de ces 5ème rendez-vous s’est déroulée en présence de la secrétaire d’Etat chargée de l’enseignement scolaire, Latifa Labida, du wali de la région Tanger-Tétouan, Mohamed Hassad et du maire de la ville de Tanger, Derham Dahman. Intitulés «La frontière», ces 5èmes rendez-vous s’assignent pour objectif principal de promouvoir les recherches historiques et d’inciter le public à s’intéresser à l’histoire.
Initiée par l’Association marocaine pour la promotion de l’histoire (AMAPH), cette manifestation a été organisée, en partenariat avec le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la recherche scientifique. Ces rendez-vous ont mis, en outre, l’accent sur «le rôle primordial de l’histoire dans les cursus scolaires et dans l’éducation», a expliqué le président de l’AMAPH, Jamal Addin Baddou, en faisant remarquer que ces rendez-vous annuels de l’histoire ont réussi, depuis leur lancement il y a plus de cinq ans, à établir «un véritable pont entre l’université, l’école et le lycée».
Selon les organisateurs, le choix de la ville du détroit pour accueillir cet événement est pertinent. Située à quelque 14 km d’Espagne, «cette ville se distingue par sa position géographique, son histoire millénaire ainsi que son statut de ville internationale ayant duré pendant plus de cinquante ans», a déclaré à ALM M. Baddou.
Intervenant lors de la cérémonie inaugurale, Mme. Labida a souligné l’importance de ces 5èmes rendez-vous coïncidant avec la célébration du 62ème anniversaire de la visite historique de SM le Roi Mohammed V à Tanger et son célèbre discours appelant à l’indépendance du Maroc. Cela a fait de Tanger une ville connue «pour sa résistance et lutte contre le colonialisme ce qui lui a permis d’abriter, du 27 au 30 avril 1958, le fameux congrès maghrébin arabe», a affirmé Mme. Labida.
Outre les conférences, la programmation de ces 5èmes rendez-vous a comporté neuf tables rondes portant sur «Frontières et colonialisme», «Frontières et globalisation», «Droits humains : quelles frontières? », «Pour un manuel d’histoire maghrébine sans frontières» et «Le corps dans la guerre de l’Antiquité et la dernière guerre».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *