Tanger : Campagne de lutte contre le blanchiment d’argent

A l’instar des autres régions du Royaume, la ville du détroit a organisé, mardi dernier, une campagne de sensibilisation à la lutte contre le blanchiment des capitaux. Organisée conjointement par le ministère de l’Economie et des Finances, le ministère de la Justice ainsi que Bank- Al Maghrib, cette campagne de sensibilisation a été destinée aux professions financières. Elle intervient quelques mois après l’entrée en vigueur de la loi 43-05 relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux et durera jusqu’au 21 février 2008.
L’objet de cette campagne est «d’établir des mécanismes et des canaux de communication et de concertation entre les autorités de supervision et contrôle et les personnes assujetties à la loi pour identifier les difficultés d’application éventuelles et de prendre toutes mesures d’ordre réglementaire, procédurales et techniques nécessaires pour la mise en œuvre de ce nouveau dispositif légal», a indiqué le directeur adjoint du département des affaires juridiques à Bank Al-Maghrib, Az El Arab Kettani Idrissi.
Il a poursuivi que «cette campagne vise aussi à expliciter le contenu de cette loi et de prévoir les mécanismes d’application pour les professions notamment financières et juridiques». Compte tenu du caractère transnational de ce type de criminalité, le Maroc, a souligné M. El Arab Kettani Idrissi, n’est pas épargné de ce fléau.
«Il doit contribuer aux efforts menés au niveau international dans ce domaine et à répondre aux recommandations des institutions financières internationales. Cela lui permettra d’éviter que son système financier ne soit utilisé à des fins illicites». Et d’ajouter que ce dispositif de mesures de prévention contre ce fléau permettra au Maroc de se conformer aux normes internationales pour l’amélioration de son image ainsi que sa notation par les institutions internationales notamment le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM).
Banque Al-Maghrib a commencé à initier les établissements bancaires dès décembre 2003 sur la loi anti-blanchiment et aux procédures de vigilance concernant leur clientèle. Il faut souligner que les dispositions de la loi bancaire ainsi que celles de la loi relative à la lutte contre le blanchiment des capitaux ont amené Bank Al-Maghrib à compléter et à mettre à jour en août 2007 la circulaire sur le dispositif de la vigilance du 24 décembre 2003, en prévoyant des règles relatives au profilage de la clientèle en fonction du degré de risque, à la fixation de seuils au-delà desquels les opérations pourraient être considérées comme inhabituelles ou suspectes et à l’examen particulier de certaines opérations financières réalisées par des intermédiaires professionnels.
«Nous avons mené des enquêtes pendant les mois d’août, septembre et octobre auprès des établissements de crédits. Et nous avons constaté que la totalité de ces banques sont bien préparées pour la mise en œuvre de la loi anti-blanchiment et l’Unité de traitement du renseignement financier», a assuré Lhassane Benhalima, responsable du département de la réglementation et des agréments à la Banque du Maroc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *