Tanger : deux actions sanitaires en faveur des chiffonniers

Tanger : deux actions sanitaires en faveur des chiffonniers

Les chiffonniers méritent qu’une attention leur soit accordée, d’être encadrés et encouragés. A cet effet et dans le cadre du Programme de gestion et de protection de l’environnement (PGPE), «deux actions viennent d’être organisées par la coopération technique allemande (GTZ) en collaboration avec les Associations Al Amal de la santé et Al Balsam, le Croissant-rouge et la Commune urbaine de Tanger en faveur des chiffonniers de la décharge de la ville de Tanger», indique un communiqué des organisateurs. Ce communiqué poursuit que ces deux actions en faveur des chiffonniers de la décharge de Tanger s’assignaient pour objectif de sensibiliser à la situation des chiffonniers et leur travail de recyclage. Et que dans le même esprit, les organisateurs soulignent l’importance du projet de la Charte de l’environnement initié par SM le Roi Mohammed VI «qui verra le jour très prochainement. La mise en œuvre de ce projet nécessite l’adhésion et la mobilisation de tous les acteurs concernés pour qu’il puisse atteindre ses objectifs du développement socio-économique, de la préservation de l’environnement et du développement durable», affirme le même communiqué.
Les organisateurs précisent, à travers ce communiqué, que ces deux actions qui ont été organisées au cours du mois de janvier ont profité à plus d’une centaine de chiffonniers de la décharge de Tanger. Ces derniers «ont pu bénéficier d’une consultation médicale, de médicaments et d’accessoires de sécurité : des vêtements imperméables, des bottes, des gants…», affirme le communiqué avant de faire remarquer que «nous avons ciblé aussi les enfants des chiffonniers, qui ont pu profiter aussi de la consultation médicale et des médicaments». Par ailleurs, les organisateurs attirent l’attention sur «les chiffonniers qui méritent d’être encadrés et encouragés. Puisqu’ils font un noble travail de récupération des objets recyclables. Ce qui aide particulièrement à la conservation des ressources primaires et une économie d’énergie importée à 95% par le Maroc. Il serait nécessaire d’élaborer un plan d’action en faveur de cette tranche de main-d’œuvre pour assurer une continuité», conclut le communiqué.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *