Tanger : Insertion des femmes en situation précaire

Organisée par l’association marocaine d’appui à la promotion de la petite entreprise (AMAPPE) et l’Association marocaine de solidarité et de développement (AMSED), cette rencontre a eu lieu au terme d’un projet pour la promotion socio-professionnelle. Ce projet de neuf mois a été destiné aux femmes en situation précaire. Il a été mis en œuvre par l’AMAPPE et l’AMSED avec l’appui des deux associations espagnoles notamment l’agence catalane de coopération et de développement et la Fondation des centres d’initiatives et recherches européennes en Méditerranée (CIREM). Cette journée de réflexion a connu la présentation de ce projet et l’évaluation du bilan de ses résultats. «Le projet avait pour but de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des femmes du nord-ouest du Maroc. Il s’agissait aussi du renforcement de leur niveau intellectuel ainsi que leur insertion économique et sociale», a indiqué Nadia Jaouhari, présidente de l’ AMAPPE Tanger.
Cette responsable a précisé que les femmes en situation précaire «sont généralement des femmes seules, veuves, divorcées, mères célibataires ou répudiées. Elles doivent se prendre en charge et subvenir aux besoins de leurs enfants». Et d’ajouter que ce projet s’articulait sur deux axes d’intervention. «Il portait sur la sensibilisation à l’alphabétisation, le Code de la famille et la santé. Il assurait l’appui à la création et au développement des activité génératrices d’emplois et revenus (AGR)». Deux associations ont été désignées pour la réalisation de ce projet. Il s’agit de l’association Darna à Tanger et l’association Hanna Massaouda à Chefchaouen. «Elles s’étaient engagées pour assurer l’encadrement des bénéficiaires au sein des ateliers de formation ainsi que leur sensibilisation à des problématiques programmées dans le cadre de ce projet», a expliqué Mohamed Hammoumi, l’un des responsables du projet. «Six séances de sensibilisation, a ajouté M. Hammoumi, ont été organisées au profit de six groupes constitués par les deux associations Darna à Tanger et Hanna Massouda à Chefchaouen». Ces rencontres avaient pour but «de choisir les bénéficiaires pour participer aux autres séances de formation pour l’initiation à la création d’une AGR ainsi que l’accompagnement à la réalisation de l’étude de faisabilité», a-t-il affirmé. Soulignons que 150 femmes ont été sensibilisées sur l’alphabétisation, les IST/VIH, le Code de la famille. Alors que 165 femmes ont été sensibilisées sur la création de l’AGR. Les intervenants ont appelé, à l’issue des travaux de cette journée de réflexion, à la multiplication des de projets de la promotion des activités génératrices des revenus. Et en vue d’améliorer les conditions de vie des femmes en situation précaire, ils ont encouragé ces dernières à y prendre part pour se préparer à la création de leur propre micro-entreprise ou de faire partie d’une coopération.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *