Tanger : La ville du détroit renforce ses espaces verts

Un projet d’un montant global de 100 millions de dirhams, cofinancé par la commune urbaine de Tanger et la Direction générale des collectivités locales (DGCL) du ministère de l’Intérieur, aspire à redorer le blason des espaces verts de la ville. «Outre l’embellissement de la ville, ce projet vise la lutte contre l’empiètement de l’espace public», souligne Khadija Biari, ingénieur paysagiste de la wilaya de Tanger.
D’une superficie de 57 hectares, ce projet contribuera énormément à l’embellissement de la ville. Il  porte sur la réalisation, entre autres, de bandes vertes, de jardins et de places ainsi que le traitement paysager des cimentières. «Les travaux d’aménagement et de rénovation ont démarré en 2005 et s’étalent sur quatre ans. Ce projet s’inscrit avec d’autres, tels que l’éclairage, la réfection de la voirie et l’aménagement des trottoirs au programme de la mise à niveau de la ville», explique Taoufik Msabri, ingénieur chef du service des espaces verts de la commune urbaine de Tanger. 
La commune urbaine s’est engagée pour l’aménagement de cinq espaces verts. Les travaux d’aménagement du jardin Aïn Ktiouete ont été achevés en 2006. Alors que les travaux de réalisation des deux jardins Branes et les environs de la place Oued Al Kébir sont respectivement à 97% et à 90% de leur accomplissement prévu pour la fin de cette année. Concernant le projet des deux autres jardins du boulevard Tarik Ibn Ziad et des environs de la place Médina, leurs travaux viennent de démarrer.
Concernant ce projet, la DGCL a été chargée de l’aménagement et la rénovation de huit espaces verts. Il s’agit, entre autres, de l’aménagement des espaces verts sur la place des Nation Unies, la place du 9 avril et la place de la Ligue arabe. Et par souci d’une meilleure esthétique, elles ont été  dotées de fontaines. Ces travaux ont permis en 2006 le réaménagement et la rénovation du célèbre jardin de la Mendoubia. Cette année, c’est la place Mohammed V et deux autres jardins Sourrienne et Idriss Premier qui verront le jour. Il est à souligner que grâce à ce programme de la mise à niveau de la ville, Tanger compte onze fontaines. « La ville ne comptait, il y a quelques années, qu’une seule fontaine, située sur la place de France. Nous avons démarré cette opération de fontainerie en 2004 avec la mise en place de deux fontaines de  Docs Monopoloi et du 20 août et qui ont donné par la suite à la réalisation d’autres fontaines», précise Mme Biari. Selon le cahier des charges, les services d’entretien de ces espaces verts sont assurés pendant deux ans par la société chargée de l’aménagement et de la rénovation de ces projets. «A la fin de ce contrat, on prévoit le lancement d’un marché cadre d’entretien de trois ans. Comme c’est le cas pour d’autres projets similaires concernant les grandes villes du Royaume », ajoute  Mme Biari. Notons que dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (l’INDH), la Fondation Mohammed  Vpour la solidarité et la DGCL ont réussi à la mise en place de splendides espaces verts dans des quartiers populaires de Bir Chifa, Msnana, Lhana, Bni Makada Kdima, Mghougha Sghira, Mghougha Sghira, Mghougha 1 et Mgougha 2. Leur entretien est assuré par les riverains et les associations de quartiers.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *