Tanger : Le CJD-Tanger adopte une charte sociale territoriale

Tanger : Le CJD-Tanger adopte une charte sociale territoriale

Les membres de la section Tanger du conseil des jeunes dirigeants d’entreprise (CJD ) se sont réunis, jeudi 4 octobre, pour discuter du projet RECAM (projet de renforcement des capacités de médiation) et celui de la charte sociale territoriale Tanger-Tétouan. Ouvrant les travaux de cette rencontre, le vice- président et le responsable du projet RECAM, Mimoun Boujamaâ, a présenté un premier bilan du projet, notamment de la phase préparatoire qui s’est étalée sur la période allant du mois de janvier jusqu’au mois d’avril. Durant cette période, plus de 80 participants, représentant trois entreprises et trois syndicats, ont été sensibilisés afin d’adhérer au projet. La deuxième phase, celle du développement et de la réalisation du projet, a eu lieu entre avril et octobre. Elle avait pour objectifs d’engager réflexions et propositions. Un projet de convention pour le RECAM entre le CJD et les différents partenaires sociaux (cinq syndicats, cinq entreprises et deux associations patronales) a ainsi vu le jour. Ce projet sera clôturé par l’accord entre le CDJ et les partenaires sociaux, et ce, pendant les deux prochains mois.
La réunion a également vu la présentation du projet de la charte sociale territoriale Tanger- Tétouan. Cette charte repose sur quatre fondements, considérés comme références de base. Il s’agit des droits constitutionnels, des dispositions du code de travail, des conventions internationales et le droit à la différence et l’acceptation de l’autre.
Les entreprises et les syndicats, qui constituent les deux parties signataires, doivent respecter leurs engagements «dans le but de bâtir un modèle de relation de travail fondé sur le principe gagnant- gagnant», indique Mimoun Boujamaâ.
Cette rencontre a été clôturée par la cérémonie de passation du flambeau de la présidence entre le président sortant, Mohamed Hafnaoui, et le nouveau président du CDJ Tanger, Hamid Mosleh.
Dans son allocution, M. Hafnaoui a précisé que «nous avons œuvré au sein du CJD- Tanger pour être comme une réelle force de proposition dans la région Nord qui connaît un développement sans précédent». Et de rappeler que «le projet RECAM est en une belle illustration que nous souhaitons avec l’aide de nos partenaires sociaux, économiques et institutionnels de réussir à l’ériger comme un modèle de relations socio- professionnelles». 
De son côté, M. Mosleh a souligné que le programme de CJD- section de  Tanger pour l’année 2007- 2008 se résume en quatre points essentiels. «Il s’agit, en premier lieu, de nous inscrire dans une démarche de continuité pour la réalisation des projets et des chantiers en cours. Nous mettons l’accent sur des formations de pointe au profit des jeunes dirigeants concernant les techniques de gestion d’entreprises». Et d’ajouter que le CDJ Tanger vise le renforcement du nombre de jeunes dirigeants «pour toucher le plus grand nombre de chefs d’entreprises, de managers et de gestionnaires d’entreprise. Et le quatrième point concerne nos relations de coopération au niveau international. Nous avons, dans ce cadre déjà, conclu des conventions de partenariat avec le centre des jeunes dirigeants de Marseille et Las jóvenes empresas en Espagne», indique M. Mosleh.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *