Tanger : L’intérêt pour les universités populaires grandit

Tanger : L’intérêt pour les universités populaires grandit

La 4ème édition des universités populaires s’est clôturée le 15 mai dernier. A Tanger et comme c’était le cas pour les trois années précédentes, les cours ont été donnés seulement dans les salles de la maison des jeunes Hasnouna. Le nombre d’inscription aux cours au titre de l’année 2008, a atteint 559 dont 335 sont des femmes et jeunes filles. Selon le délégué du secrétariat d’Etat chargé de la Jeunesse de Tanger-Asilah, Abdelaziz Bousseba, cette expérience s’est développée d’une année à l’autre. Il souhaite qu’en 2009, plus d’étudiants s’inscriront et suivront les cours dans cette université. «Les cours sont ouverts à tous, quel que soit le niveau d’instruction; à la seule condition : les bénéficiaires doivent être âgés de 17 ans et plus. Bien que les études au sein de ces universités, initiées par le secrétariat d’Etat chargé de la Jeunesse, ne sont pas couronnées par des diplômes, ce type de formation suscite un grand intérêt particulièrement auprès des jeunes. Ceux qui n’ayant pas généralement pu concrétiser leur rêve d’accéder à une formation universitaire», explique M. Bousseba. La plupart des étudiants inscrits au titre de l’année 2008, poursuit M. Bousseba, ont suivi les cours avec intérêt et assiduité. Les cous sont programmés entre 6 h 30 et 8 h 30 et destinés à toutes les catégories d’âge (à partir de 17 ans). «Ce qui renforce le caractère populaire de ce programme ouvert généralement aux couches sociales qui n’ont pas les moyens de suivre des études supérieures dans les établissements universitaires. Nous avons constaté, pendant l’édition 2008, un grand intérêt accordé aux cours de la part de différentes catégories sociales entre autres des chômeurs, des femmes au foyer et même des étudiants universitaires qui venaient généralement pour le rattrapage dans certaines matières. Ce qui donnait lieu souvent à des discussions enrichissantes notamment concernant le code de la famille et les droits de l’enfant», assure M. Bousseba.
Cette 4ème édition s’est distinguée par le partenariat conclu entre la maison des jeunes Hasnouna et l’association Al Yousr de Tanger. A cet effet, les membres de celle-ci ont participé «dans l’opération d’inscription et l’orientation des bénéficiaires des cours au sein de cette université. Ils y ont été quotidiennement présents et veillé à la bonne marche des cours. Ils ont aussi organisé des activités culturelles et de divertissement en faveur aux étudiants de cette université populaire», souligne M. Bousseba.
Comparativement avec les trois précédentes années, le programme de l’édition 2008 a englobé plus de disciplines. Il comporte notamment les langues espagnole, anglaise et française, le management, l’économie et la fiscalité des entreprises, la comptabilité générale, la communication, l’informatique, le code de la famille, le code de travail et les droits de l’enfant.
L’édition 2008 a connu la participation bénévole de treize enseignants. «La réussite de cette année revient également à la mobilisation de ces enseignants bénévoles qui ont consacré une grande partie de leur temps pour assurer une formation de qualité à des couches sociales défavorisées», a conclu M. Bousseba. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *