Tanger : Promouvoir le rôle de la femme dans le développement économique du Maroc

Tanger : Promouvoir le rôle de la femme dans le développement économique du Maroc

L’Association des économistes marocains- section Tanger (AEMT) a organisé, samedi dernier, un séminaire sur la participation de la femme au développement économique du Maroc. Ouvrant les travaux de cette manifestation, le président de la Chambre des représentants, Mustapha Mansouri, a souligné l’importance de ce thème qui coïncidait avec la commémoration de la Journée mondiale de la femme. «La femme a réussi de grands progrès dans différents domaines et le nombre des entreprises créées par les femmes est en augmentation continue et prometteuse. Ce qui prouve que le Maroc est dans la bonne voie», a affirmé M. Mansouri.  La femme entrepreneuse, selon M. Mansouri, affronte plusieurs défis au quotidien, ce qui lui rend la conciliation entre la vie professionnelle et la vie familiale très difficile. « Nous devons dans ce cadre appuyer  l’entrepreneuriat féminin plus particulièrement dans le domaine de la formation et de l’apprentissage de techniques commerciales, le droit des affaires et l’exportation. Sans oublier d’apporter le soutien et l’appui à des associations des femmes entrepreneuses avec la création des sections régionales à travers le Maroc», a-t-il souligné. Pour sa part, le ministre de l’Economie et des Finances, Salaheddine Mezouar, a précisé que la mise à niveau de l’économie nationale devait passer essentiellement par le développement économique et régional intégré et structuré. Et l’entrepreneuriat féminin dans la région suit les mutations que connaît cette région «dans un contexte qui est favorable à l’investissement, à la prise de risque, à l’engagement et à l’initiative. Tanger ne doit pas se distinguer uniquement comme villes à vocation industrielle et touristique. Elle doit englober également le secteur des services qui est un domaine structurant». Et de souligner que grâce aux apports des femmes actives, «cette région connaîtra une accélération de sa mutation non seulement économique mais aussi culturelle et sociale».  La femme entrepreneuse qui s’intéressait au passé essentiellement aux seuls secteurs des services et de commerce a introduit le secteur de la production industrielle. Et selon les dernières statistiques de 2007, les entreprises créées par les femmes atteignent le nombre de 95, représentant ainsi une part de 7% . Pour mener à bien sa vie professionnelle, ces femmes devaient d’abord réussir leur parcours estudiantin. «Parmi les 22.000 inscrits dans l’Université Abdelmalek Essaâdi (UEA), 10.000 sont des étudiantes qui ne cessent d’obtenir de résultats prometteurs et accéder aux premiers rangs de classement. D’ailleurs l’UEA demeure la seule institution universitaire où trois femmes ont occupé le poste de doyen», a assuré le président de l’UEA Mustapha Bennouna. Créée il y a deux ans par des opérateurs et des professionnels économiques, l’ AEMT a pour but d’accompagner le développement socio-économique et politique que connaît la région. Elle  vise à promouvoir la recherche scientifique dans le domaine de l’économie et à réaliser des études de terrain.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *