Tanger : Renforcer le tissu associatif

La ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité, Nouzha Skalli, a donné, samedi 14 juin à Tanger, le coup d’envoi du processus de qualification des associations du nord du Royaume, qui vise à renforcer le tissu associatif afin qu’il puisse relever les défis du développement humain.
Le lancement de ce programme est intervenu lors d’une rencontre régionale, la 4ème du genre, après celles d’Oujda, de Fès et de Marrakech, tendant à sensibiliser la société civile à l’importance de l’adhésion à cette initiative lancée par le ministère en partenariat avec le tissu associatif. Dans une allocution pour la circonstance, Mme Skalli a affirmé que ce processus vient accompagner la dynamique créée par l’Initiative nationale pour le développement humain et la prise de conscience par la société civile de la nécessité de contribuer efficacement à la lutte contre la pauvreté et à l’amélioration des conditions de vie des populations en situation précaire.
Pour Mme Skalli, cette situation marque le début d’une nouvelle approche plaçant la société civile au cœur du développement local, susceptible de favoriser une mobilisation d’envergure autour du projet de société moderniste. Le processus de qualification du tissu associatif, a-t-elle rappelé, vise à améliorer le professionnalisme des associations en matière d’action, de gestion et de bonne gouvernance, ce qui leur permettra de réaliser les objectifs qu’elles se sont fixés dans le cadre de leurs projets de développement, dans un climat empreint de responsabilité et de transparence. Ce processus, qui a démarré en 2006 avec la mise en place d’une charte d’éthique des associations, ambitionne la qualification de six mille associations en l’espace de trois ans, a-t-elle indiqué, précisant qu’une enveloppe budgétaire de près de 10 MDH sera affectée chaque année à cet effet.
Pour sa part, le wali de la région Tanger-Tétouan, Mohamed Hassad a insisté sur la dynamique associative que connaît la région et qui a abouti à la réalisation de plusieurs projets de proximité en collaboration avec des instances marocaines ou des bailleurs de fonds étrangers.
M. Hassad a rappelé, à cette occasion, les critères retenus par le comité de l’INDH pour l’octroi des subventions aux associations, citant la réalisation d’une étude approfondie du projet, une gestion transparente et la conformité aux dispositions du statut.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *