Tanger-Tétouan : La région participe pour 7,9% au PIB

Tanger-Tétouan : La région participe pour 7,9% au PIB

La région de Tanger-Tétouan enregistre une amélioration de ses principaux indicateurs macroéconomiques. «La région connaît un saut qualitatif dans tous les secteurs», explique Mohamed Allalat, directeur au Haut-Commissariat au Plan (HCP) lors d’un atelier organisé le 24 juillet à Tanger, pour la présentation du cinquième rapport national relatif aux Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) 2012.

Elaboré par le HCP en concertation avec les agences des Nations Unies, les départements ministériels concernés ainsi que les représentants de la société civile, ce cinquième rapport, qui vient après ceux réalisés en 2003, 2005, 2007 et 2009, fait part que cette région a représenté, en 2011, 8% du PIB, contre 7,5% en 2004. A l’exception du Grand Casablanca et Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, qui ont enregistré respectivement, en 2011, une part de 19,8 et 12%, celle de Tanger-Tétouan qui a vu une amélioration de sa position par rapport à d’autres, connaît un fort dynamisme grâce à l’installation de grands projets particulièrement durant cette dernière décennie. Elle a affiché un recul du chômage, qui est passé en 2001 de plus de 10% à 9,7% en 2011, en dépit de l’exode des autres régions. Elle a vu de même une nette amélioration de son taux de scolarisation, qui a atteint à titre d’exemple plus de 96% pour la tranche d’âge allant de 6 à 11 ans. 

En plus de la nette baisse enregistrée en matière des inégalités sociales, d’analphabétisme et de la pauvreté, ce cinquième rapport fait part des avancées réalisées dans la région en infrastructure et équipement en service de base. Les statistiques indiquent entre autres que l’accès au réseau de l’assainissement y a enregistré en 2012 un taux de 94,3% en milieu urbain, sur une part globale de 65,7% dans la région.

Lors de cet atelier, les responsables du HCP ont tenu à rappeler que depuis l’adhésion du Maroc au début des années 2000 à la déclaration du millénaire pour le développement, le Royaume s’est attelé à mettre en œuvre une série de programmes conséquents visant l’amélioration des conditions de vie de la population. Il a connu une croissance économique de 4,5% par an pendant la période 2000-2012. Le Maroc a enregistré un recul du taux de chômage national de 13,6% en 2000 à 8,9% en 2012. 

Il a beaucoup investi en infrastructures économiques et sociales à travers les régions. Les statistiques officielles faisant ressortir que les dépenses budgétaires d’équipement ont atteint pendant les décennies 80 et 90 près de 15 milliards DH par an, contre une moyenne annuelle de 32,3 milliards durant la période 2000-2012. Les investissements des entreprises et établissements publics ont été multipliés par deux fois entre 2005 et 2012, dépassant à partir de 2010 quelque 100 milliards DH.n

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *