Tanger : Un projet pour l’intégration des autistes

L’Association des parents et amis des enfants autistes de l’Institut Lalla Meryem pour enfants autistes et l’Association des jeunes autistes de Tanger ont organisé, vendredi dernier, une rencontre au profit des jeunes autistes à l’âge adulte. «L’objectif est de faire connaître notre nouvelle association des jeunes autistes qui a vu le jour au mois d’avril 2007. C’était le seul moyen pour continuer à aider les enfants autistes lorsqu’ils atteignent l’âge adulte. Puisqu’ils se voient, à cet âge là, contraints de quitter l’Institut Lalla Meryem. C’est pourquoi nous avons décidé de créer cette association qui prendra la relève et continuera à prodiguer à ces enfants l’aide dont ils ont continuellement besoin», explique la présidente des deux associations d’aide aux enfants autistes, Fadila El Majda.
«Nous voulions au départ nous solidariser avec les parents d’enfants autistes qui avaient atteint l’âge de dix huit ans et qui devaient quitter l’Institut Lalla Meryem pour enfants autistes. Nous étions conscients de la gravité de ce problème car ces enfants risquaient de perdre l’éducation et d’autres services de qualifications professionnelles et sanitaires qu’ils ont reçus au sein de ce prestigieux établissement. Surtout que l’Institut Lalla Meryem est une grande première au Maroc pour apporter l’aide aux enfants souffrant d’autisme», souligne Mme El Majda. C’est ainsi que les membres de l’Association des parents et amis autistes de l’Institut Lalla Meryem ont eu la volonté de créer l’association des jeunes autistes. «Nous avons beaucoup bataillé pour que ce projet puisse se concrétiser. Nous avons réussi en premier lieu à conclure un partenariat avec la délégation du ministère de l’Education nationale Tanger Asilah, qui a mis à notre disposition deux classes de l’école primaire Moulay Ismaïl», a précisé Mme El Majda.
Et de poursuivre, «nous avons aménagé et équipé ces classes pour accueillir des jeunes enfants souffrant d’autisme. Ils reçoivent ainsi une formation sur différents métiers tels que le tissage, la menuiserie, le jardinage, l’informatique… Mais cela n’est qu’une solution provisoire puisque la personne autiste a besoin de plus d’espace, d’autant plus que le nombre des jeunes autistes de cette nouvelle association est censé augmenter encore plus. Puisque chaque année, de jeunes élèves doivent quitter l’Institut Lalla Meryem pour enfants autistes et rejoindre notre association».
Les activités de cette rencontre ont été clôturées par une grande soirée animée par l’orchestre Zakia et le chanteur tangérois Oussama Abdedaïm, en présence des responsables et des représentants de la société civile. Les recettes de cette soirée seront destinées au financement de ce nouveau projet.
Par ailleurs, les membres de l’association des jeunes autistes projettent la création d’un centre socioprofessionnel pour jeunes autistes et dont une partie sera financé, par le programme de l’Initiative nationale pour le développement humain (l’INDH). «Plusieurs responsables ont exprimé leur soutien à ce projet et nous venons d’être reçus dans ce cadre par le wali de Tanger, Mohamed Hassad, qui a affirmé son soutien entier à cette action», conclut Mme El Majda.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *