Tanger : Une caravane pour lutter contre le piratage

La ville du détroit a abrité, samedi 26 avril, le lancement de la première édition de la caravane de la propriété intellectuelle. Intitulée «Innovation, respectez- la», cette manifestation s’inscrit dans le cadre la célébration de la Journée mondiale de la propriété intellectuelle. Cette caravane s’achèvera le 31 juin prochain à Laâyoune en passant par  Fès, Rabat, Casablanca et Agadir. Les participants à cette manifestation traiteront, à chaque étape, des thématiques économiques, artistiques et culturelles en relation avec les spécificités de la région visitée, portant ainsi sur «L’artisanat et propriété intellectuelle», «Audiovisuel et propriété intellectuelle», «Protection des produits du terroir et indications géographiques», «Savoirs traditionnels, ressources génétiques et folklore» et «Innovation technique et valorisation de la recherche».
Organisée avec le partenariat de l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC), le Bureau marocain des droits d’auteur (BMDA) et la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), cette caravane a pour objectif d’informer et de sensibiliser les citoyens à la protection industrielle. «Le Maroc qui vise à jouer un important rôle dans le champ de la créativité intellectuelle et l’enrichissement a fourni de grands efforts en matière de la protection et la défense de la propriété intellectuelle», a souligné, à cette occasion, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Khalid Naciri. Comme l’a été défini, lors de cette manifestation, l’innovation est source de la création de valeur qui est un facteur déterminant de la croissance de l’entreprise. Et le respect de la propriété intellectuelle ou industrielle est un moyen essentiel pour la préservation de ses richesses. L’ambassadeur et représentant permanent du Royaume du Maroc à Genève, Mohamed Loulichki, a souligné l’importance de cette caravane pour attirer l’attention des citoyens aux dangers de la contrefaçon et du piratage. «Le phénomène de la contrefaçon et du piratage tue le sens de la créativité. Il provoque la déception chez les créateurs, décourage l’investissement étranger et aggrave le phénomène du chômage et de la pauvreté», faisant remarquer que la contrefaçon peut avoir des conséquences graves, «surtout lorsqu’il s’agit des produits médicamenteux. En 2006 l’utilisation d’un médicament contre une simple maladie due au froid a entraîné la mort de quelque 115 personnes d’un seul coup ».
Le Maroc s’est doté d’un arsenal juridique pour protéger la créativité et l’innovation. La protection de la propriété industrielle est régie par les dispositions de la loi n°17- 97 relative à la protection de la propriété industrielle publiée en mars 2000 et entrée en vigueur en décembre 2004. Mais il faut signaler que les entreprises marocaines sont souvent victimes de la contrefaçon notamment de marque. Et pour promouvoir la propriété industrielle et pouvoir s’attaquer efficacement à ce fléau, le ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies et la CGEM ont signé, vendredi 25 avril, la charte relative à la mise en place d’un comité national pour la propriété industrielle et anti-contrefaçon CONPIAC. Lequel a pour mission de sensibiliser les consommateurs ainsi que les industriels et entrepreneurs sur les dispositions législatives existantes. Celle mission englobe aussi la formation des autorités concernées et le renforcement du cadre législatif et réglementaire. Il s’agira également de l’évaluation des incidences économiques de la contrefaçon, l’échange d’information en matière de lutte contre la contrefaçon  ainsi que la coopération internationale.  Les activités du CONPIAC seront financées par ses membres et d’autres acteurs concernés par le fléau de la contrefaçon.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *