Tata : Des femmes regroupées en coopératives pour réaliser leurs ambitions

Tata : Des femmes regroupées en coopératives pour réaliser leurs ambitions

Un grand nombre de femmes rurales dans la région de Tata se regroupent dans des coopératives agricoles, manufacturières ou artisanales dans un esprit d’entrepreneuriat visant à garantir leur indépendance économique et à démontrer leur capacité de proposer des solutions modernes et durables à une foule de problèmes de développement économique.
Les femmes de la région de Tata sont désormais conscientes de l’importance de la création des coopératives et du travail dans le cadre de regroupements professionnels qui permettent de mettre en œuvre avec efficacité leur savoir-faire et de contribuer ainsi à valoriser les produits de terroir, qui font la fierté de leur région.
En effet, ces femmes bénéficient dans le cadre des coopératives qu’elles gèrent, du soutien de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), lancée par SM le Roi Mohammed VI en 2005, et d’un ensemble d’organisations gouvernementales et internationales dans la perspective de la réalisation des objectifs millénaires du développement (OMD) que le Maroc a adoptés.
Dans cette perspective, la présidente de la coopérative de « Doudrar pour l’arganier », créée en 2007, Mme Khadija Belchich, a souligné dans une déclaration à la MAP, que sa coopérative qui oeuvre dans le domaine des produits dérivés de l’argan, ainsi que dans les produits de l’apiculture et des plantes aromatiques et médicinales, a contribué à la promotion du Douar Bouzrif (commune de Tizeght) et a constitué un stimulant pour d’autres femmes à créer leur propre coopérative.
Mme Khadija a également salué le soutien dont a bénéficié sa coopérative de la part de l’INDH, de l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des Provinces du Sud du Royaume et de la direction provinciale de l’agriculture à Tata, notant que ce projet, qu’elle a monté avec l’aide de ses amies, constitue une source de revenus qui leur a permis d’améliorer substantiellement leurs conditions de vie.
Elle a, par ailleurs, appelé les parties concernées à déployer davantage d’efforts pour soutenir ce genre d’initiatives qui contribuent à la valorisation du produit local, comme elle a souligné la nécessité de créer des espaces dédiés à l’exposition et à la commercialisation de leurs produit.
De son côté, Mme Meryem Aït Esseyed, qui a créé au douar Taksel (commune d’Adis), en compagnie de ses consoeurs, une coopérative de tapis nommée « Al ajial pour les tapis », a signalé que son projet sera étendu après l’acquisition d’un terrain avec le soutien de l’INDH à hauteur de 30%.
Elle a noté également que sa coopérative, qui a participé à un ensemble d’expositions à Tantan et Guelmim, a été récompensée par le prix du meilleur stand en 2011, outre sa participation aux compétitions télévisées de « Sanâat Bladi » et de « Amhar sonnae taklidiyin ». Des occasions qui ont permis aux femmes de la coopérative d’échanger leurs expériences avec des femmes venant de toutes les régions du Royaume, a-t-elle dit.
La journée mondiale de la femme constitue une occasion pour rendre un hommage soutenu à la femme rurale qui a le courage de défier les conditions de vie difficiles et qui ne ménage aucun effort pour améliorer ses conditions de vie et contribuer au développement économique de sa région.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *