Taza : vision urbanistique et socio-économique de la ville

Taza : vision urbanistique et socio-économique de la ville

L’ouverture à l’urbanisation de nouvelles zones à Taza et sa périphérie peut accroître le poids des marges urbaines dans la ville et accroître les difficultés de gestion en matière d’équipements, selon une vision d’une étude du Schéma directeur d’aménagement urbain (SDAU) de la ville de Taza à l’horizon 2035. La forte pression actuelle sur le capital foncier de la ville est partie pour durer encore, en l’absence d’une alternative foncière, selon l’étude établie par un cabinet d’architecture et d’urbanisme à Rabat et qui a été examinée au cours d’une précédente réunion tenue sous la présidence du gouverneur de la province. Dans une conjoncture de forte pression d’urbanisation, le risque d’une psychose de pénurie de terrains est grand, et peut se traduire par des dérapages, selon l’étude qui relève que la situation foncière à Taza est contraignante. En effet, en plus de la topographie difficile, le foncier public disponible couvre seulement 94,5 Ha (3,8%), le foncier privé possède 205,50 Ha (8,2%) et les terrains non urbanisables ont une superficie globale de 1.150 Ha, soit 46%. Quelque 68,8% de terrains publics urbanisables disponibles relèvent du domaine militaire, et près du cinquième (19 %) appartient aux Habous (18 Ha), selon la même source, qui se réfère aux données du Plan d’aménagement en vigueur.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *