Tétouan : La Colombe blanche se découvre une vocation touristique

Tétouan : La Colombe blanche se découvre une vocation touristique

Organisées sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, les 8èmes Assises du tourisme ont eu lieu, samedi dernier, à Tétouan. Cet événement a permis, cette année, de faire découvrir les grands potentiels touristiques de cette ville. «C’est l’un des grands pôles de la région qui dispose d’un potentiel prometteur, particulièrement adapté au développement touristique», a souligné SM le Roi Mohammed VI dans un message adressé aux participants à cette manifestation. Et comme les années précédentes, cette édition a permis de dresser le bilan des activités touristiques après sept ans du lancement de l’ambitieux programme de la Vision 2010.
Le Maroc a enregistré de grandes performances touristiques notamment en terme d’arrivées qui ont progressé de 12 % en 2007 avec 7,4 % millions de touristes. Mais, «beaucoup d’enjeux nous attendent pour traduire toutes les promesses en réalité et le rêve à une réalité palpable», a souligné le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Mohammed Boussaïd, faisant remarquer que ces enjeux pouvant être résumés par «l’accélération du rythme de la réalisation des chantiers des stations touristiques en particulier prévus dans le cadre du plan Azur. Et l’enjeu de l’adéquation entre les nouvelles capacités d’hébergement et les capacités du transport aérien notamment en ce qui concerne la desserte de nouvelles destinations touristiques».   Par ailleurs, la libéralisation du ciel en 2004 a permis une augmentation sensible des fréquences des vols internationaux. Ce qui a permis également l’arrivée de clients aux profils variés et la création de la filière low-cost. «Le low-cost nous permet de recruter de nouveaux clients dont 80% visitent pour la première fois le Maroc. C’est une clientèle à forte valeur ajoutée. Une part de 30% dépense pour la même raison plus de 1000 euros», a précisé le directeur des marchés internationaux à l’Office national marocain du Tourisme (ONMT), Tarik Hajji. Et d’ajouter que ces arrivées low-cost offrent une opportunité de croissance importante malgré une contrainte internationale difficile. «Cela a permis de réaliser plus de 450 000 arrivées additionnelles».
Les participants aux 8èmes Assises du tourisme ont appelé, à cette occasion, au renforcement de certains modules et le développement d’une plus grande interactivité entre la formation et le milieu professionnel. Il a été de ce fait signé lors de cette édition un contrat RH Hôtellerie (2008- 2012) élaboré selon une démarche concertée entre des différents partenaires. L’objectif de ce contrat est de mettre en place une stratégie globale et commune pour accompagner la création d’emplois liés à l’hôtellerie sur la période 2008-2012. Il cible notamment Marrakech Tensift El Haouz, Tanger-Tétouan, l’Oriental et Souss-Massa-Draa.
«C’est un accord qui s’inscrit dans le cadre de la formation et de développement des ressources humaines dans le secteur du tourisme en général et l’hôtellerie en particulier. L’objectif est d’assurer une formation de qualité pour un secteur de services nécessitant des grandes compétences», a indiqué le directeur général de l’ANAPEC, Hafid Kamal. Et d’ajouter que «nous engageons au sein de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC), tout d’abord, à la mise en place des études prospectives dans toutes les régions pour connaître, d’une façon précise, les besoins par les entreprises et emploi métier. Et de trouver ensuite les moyens pour le financement de la formation par la signature des conventions avec des groupes hôteliers».
Les travaux de ces 8èmes Assises du tourisme ont été clôturés par la présentation des engagements pris au titre de l’année 2008 portant entre autres sur la formation, la sensibilisation des professionnels du tourisme sur la rationalisation de la consommation de l’eau et l’énergie, la réflexion sur la mise en place de partenariats publics- privés pour renforcer les ressources financières dédiées à la promotion régionales touristiques et l’engagement de la profession et du gouvernement pour une approche concertée et partagée dans l’élaboration et la mise en place de la Vision 2020.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *