Tétouan : Une semaine culturelle et artistique dédiée à l’artisanat

Tétouan : Une semaine culturelle et artistique dédiée
à l’artisanat

L’Ecole des arts et métiers (Dar Sanaa) de Tétouan organise, jusqu’au 26 juin la 3ème édition de la Semaine culturelle et artistique. Intitulée «Pour la sauvegarde de notre patrimoine», cette manifestation vise à «promouvoir l’artisanat marocain, d’encourager la créativité chez les formateurs- artisans et élèves- apprentis de Dar Sanaa et de développer leur rôle dans le domaine de la préservation des métiers d’art et d’artisanat», a assuré le directeur de l’Ecole des arts et métiers de Tétouan, Anas Sourdou.
Organisée en collaboration avec le ministère de la Culture et la wilaya de Tétouan, cette manifestation connaît le soutien du gouvernement autonome d’Andalousie ainsi que la mobilisation et le soutien des acteurs de la société civile tétouanaise. Elle constitue en effet un rendez-vous annuel pour faire découvrir au public les richesses et métiers d’artisanat au Maroc. Outre le patrimoine architectural et le développement durable, les participants à cette manifestation ont mis l’accent sur la poterie féminine au Nord du Maroc.
Par ailleurs, les fouilles archéologiques indiquent que la poterie existe depuis 3800 avant JC au Maroc et à partir de 2000 avant JC dans la région du Rif au Nord du Royaume. «La poterie du Nord est beaucoup plus attachée à ses racines méditerranéennes plutôt qu’africaines. Cette région se distingue particulièrement par une poterie féminine pleine de créativité», a expliqué Bouzid Bouaabid, enseignant à l’Ecole des arts et métiers de Tétouan.
Le secteur de la poterie à Tétouan, a poursuivi M. Bouaabid, a connu son âge d’or grâce aux anciens artisans locaux et amoureux de l’artisanat dont le grand artiste- peintre espagnol et l’ancien directeur de Dar Sanaa, Mariano Bertuchi ainsi que feu Maâlam El Hichou, ancien formateur de cet établissement qui ont réussi ensemble à «créer des poteries spécifiques à la ville dont une partie est exposée dans quelques musées de Tétouan».
La poterie qui constitue l’un des principaux secteurs commerciaux au Nord du Maroc se distingue par sa variété et sa diversité. En plus des changements qu’a connus cette région, l’intermédiaire commercial est parmi les causes qui ont entraîné la défiguration de ce patrimoine artisanal, a estimé M. Bouaabid. Il a cité quelques cas de femmes rurales qui se sont imposées dans la fabrication des poteries et «qui trouvent de difficultés à transmettre ce métier d’artisanat à leur progéniture».
La cérémonie d’ouverture de cette 3ème semaine culturelle et artistique s’est distinguée par l’exposition de belles créations des formateurs- artisans et élèves- apprentis de Dar Sanaa. Elle a comporté entre autres des expositions sur les costumes traditionnels spécifiques à la ville et le trousseau de la mariée tétouanaise. En plus des conférences sur l’artisanat, cette manifestation est marquée également par l’organisation de deux concours mettant en compétition les enseignants- maâlam et les élèves apprentis de cet établissement professionnel.
Considérée comme un chef-d’œuvre de l’architecture arabo- andalouse, Dar Sanaa a été créée en 1919. Elle compte onze ateliers d’artisanat destinés à la formation  d’une centaine d’élèves originaires de Tétouan et des régions avoisinantes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *