Une vie culturelle variée

La population de Laâyoune ne manque pas de constater l’importante animation culturelle que connaît cette ville lors de ces derniers mois et à laquelle contribuent toutes les composantes de la société civile locale. Une activité culturelle de premier plan est organisée par semaine, des experts animent des conférences au profit des habitants de cette ville. C’est ainsi que, récemment, Abdelhamid El Jamri, expert international et conseiller en projets de développement auprès de l’ONU et de l’Union européenne, a donné une conférence sur la bonne gouvernance, alors que le psychologue Mustapha Abu Saâd a été l’invité d’une conférence sur l’auto promotion.
D’autres intellectuels, venus du nord du Royaume, ont afflué à Laâyoune pour partager leur savoir avec les populations du Sud à l’instar des membres de l’Union des écrivains du Maroc. C’est le cas, entre autres, pour la rencontre organisée par la Fondation Moulay Abdellah Chérif pour les études et les recherches scientifiques. Pour sa part, la wilaya de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra n’a pas lésiné sur les moyens pour accompagner cette dynamique. Elle organise « les Conférences de jeudi » qui sont une série de rencontres portant sur différents sujets. La première a été animée par Bouchaib Rmili, préfet de police. Elle a porté sur le rôle de la bonne gouvernance dans la gestion de la chose publique. La deuxième conférence de ce cycle a été animée par Taleb Bouya Laâtig, l’un des spécialistes de la culture hassanie. M’hamed Dryef, wali de la région, avait  souligné que ces conférences visent l’enrichissement de l’action culturelle dans la ville de Laâyoune.
Quant aux activités artistiques, elles n’ont pas été oubliées. Laâyoune a vu la présentation, récemment, de la pièce théâtrale «Anachba» du célèbre dramaturge marocain Ahmed Taïb Laâlej, ainsi que plusieurs soirées artistiques organisées à la Place du Méchouar, au Palais des congrès,  et en marge du festival commercial et touristique tenu fin février.
D’autres rencontres sont prévues pour le mois de juin et juillet. Le mois prochain, c’est au tour de l’organisation de la "Tente de la poésie», consacrée, comme son nom l’indique, à la poésie alors que juillet verra la tenue de la première édition du festival de Laâyoune baptisé « RawafidAzawan». «On salue les efforts déployés pour animer la vie culturelle dans cette ville. Mais, malheureusement, Laâyoune manque de lieux de divertissement. Je pense que le festival programmé pour l’été va combler ce vide», déclare Reda Hachimi, membre d’une association locale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *