Zagora : La danse du sabre, un héritage de père en fils

Zagora : La danse du sabre, un héritage de père en fils

Musique et danse. Zagora  offre un folklore des plus riches. «Daqat Saif» et «Aqlal» figurent sur la liste des danses les plus célèbres, notamment à Drâa. «Daqat Saif», le coup du sabre est une danse très ancienne. Elle se caractérise par l’utilisation de l’épée, symbole de l’héroïsme et du courage, un moyen de défense en cas d’attaque. Cette danse est exécutée par des hommes en rang, au milieu desquels se trouve le cheikh tenant un «Def» (tambourin de petite taille) instrument principal. On peut également trouver le Bendir (tambourin de taille plus grande), la flûte (nay) et la taârija (instrument de musique fermé par une peau à l’une de ses extrémités). Les hommes exécutant la danse du sabre portent tous des habits identiques : des djellabas, des turbans blancs et des babouches. La femme, quant à elle, porte un habit blanc, un ktib (foulard) rouge, une cherbia rouge, le mahdour sorte de collier ornemental, en plus des bracelets rouges de fabrication locale et porte une ceinture en laine.
Cette danse ne manque ni de beauté ni de noblesse. Son caractère sacré lui confère l’aspect de sacrifice tant par sa valeur que par sa représentation.
La danse d’«Aqlal» est considérée comme l’une des formes expressives les plus pratiquées. Elle s’inscrit dans le cadre de la danse et de la poésie chantée. Elle est reproduite par un groupe composé d’une dizaine d’hommes et d’une femme au moins. La flûte, le bendir et la taârija donnent le rythme, la poésie ainsi que les mouvements de danse. La chanson  dans la danse d’Aqlal comme celle du sabre traite de plusieurs thèmes comme l’amour, la satire et le soufisme. Les troupes originaires de Zagora animent les festivités locales, et plus particulièrement les mariages, les fiançailles, les festivals, ainsi que les animations touristiques dans des hôtels et bivouacs.
Les troupes folkloriques ont participé à plusieurs festivals nationaux et internationaux, dont le Festival national des arts populaires de Marrakech et le Festival de Dubaï en 2004,
Ce patrimoine symbolise la richesse de la culture tribale et mérite d’être conservé en tant qu’héritage national. L’association «Daqat saif» et «Aqlal» pour la conservation du patrimoine de Zaouite El Baraka, créée en 2003 à Zagora, tente d’assurer la durabilité du patrimoine local d’une part et réaliser des études historique et artistique, d’autre part.
L’association organise également des cérémonies de consécration et d’hommage pour honorer ces troupes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *