Zagora : Un plan pour sauvegarder les gravures rupestres

Zagora : Un plan pour sauvegarder les gravures rupestres

Situé au Sud-eEst du Maroc, la vallée de Draâ à Zagora présente l’une des régions les plus riches en gravures rupestres. Sur les 300 sites rupestres marocains, le Draâ moyen renferme une vingtaine. Ils sont éparpillés sur l’ensemble du territoire et plus particulièrement au niveau des zones de Tazarine, Tinzouline, Tamgroute, Maîder et Tagounite. Pour conserver et réhabiliter ce patrimoine de la province, un projet d’une grande envergure est en cours de réalisation par le Centre de conservation et de réhabilitation du patrimoine architecturel des zones atlassiques et subatlassiques à travers l’initiative de ministère de la Culture, direction du patrimoine culturel. Il s’agit du projet de l’aménagement des sites des gravures rupestres dans la vallée de Draâ et la vallée de Maîder plus exactement sur le site de Foum Chenna (commune Tinzouline) et le site Aït Ouaaziq (commune de Tazarine).
L’enveloppe budgétaire allouée à ce projet est de 1.200.000 dirhams. La durée des travaux s’étale à six mois. En vue de protéger et valoriser les gravures rupestres, les deux  sites dont Foum Chenna et Ait Ouaaziq seront protégés par l’aménagement et la construction de gabions, outre l’aménagement d’un passage touristique, et la construction d’une salle d’exposition et de la maison du gardien du site qui va veiller sur ces gravures. Le projet de l’aménagement des sites des gravures rupestres de Foum Chenna et d’Aït Ouaaziq visent non seulement la protection et la valorisation des gravures rupestres, une composante patrimoniale d’une valeur inestimable, mais aussi l’encouragement de l’activité touristique dans la vallée du Draâ et de Maîder et  de la recherche scientifique par des missions d’études et de recherches. «Ces réalisations vont encourager le tourisme culturel et artistique, permettre aux étudiants, chercheurs de différentes horizons, de venir dans les sites pour approfondir leurs études dans les gravures rupestres qui présentent une grande importance car ces sites reflètent la civilisation millénaire de notre pays», déclare à l’ALM M. Bousaleh, directeur du Centre de conservation et de réhabilitation du patrimoine architecturel des zones atlassiques et subatlassiques au Maroc.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *