12 classes bioclimatiques seront construites à Agadir

12 classes bioclimatiques seront construites à Agadir

La ville veut devenir leader au niveau national

La construction de ces classes bioclimatiques adaptées aux conditions climatiques locales permettra une amélioration significative du confort thermique et acoustique.

La province d’Agadir Ida Outanane sera dotée de 12 classes bioclimatiques, fruit d’une convention de partenariat entre la direction provinciale du ministère de l’éducation nationale d’Agadir,  la fondation française GoodPlanet et le conseil provincial d’Agadir Ida Outanane qui vient de l’approuver dans sa session ordinaire tenue mardi.

Afin d’améliorer les conditions d’accueil dans les écoles, GoodPlanet mènera à Agadir en partenariat avec ses associés locaux un programme de construction de 12 classes bioclimatiques utilisant des matériaux locaux et naturels s’appuyant sur les savoir-faire traditionnels tout en y apportant des innovations. Ce projet qui fera d’Agadir un leader national en écoles bioclimatiques attachera également une importance toute particulière à l’aménagement extérieur: cour et jardin potager biologique irrigué en goutte-à-goutte pour sensibiliser les élèves (3-12 ans) et enseignants à la préservation de l’environnement.

Ces classes auront le privilège de l’utilisation de matériaux naturels, disponibles sur place et peu transformés pour limiter l’impact environnemental du bâtiment : galets de la rivière, terre crue, paille, bois et roseaux.

Associée à des techniques d’efficacité énergétique (orientation du bâtiment, disposition des fenêtres, isolation thermique), la construction de ces classes bioclimatiques adaptées aux conditions climatiques locales permettra une amélioration significative du confort thermique et acoustique.

Ces classes ont plusieurs bénéfices ; d’abord environnementaux à travers l’utilisation de matériaux de construction locaux (bâtiments à faible empreinte carbone), bilan énergétique faible pour la construction, et plus d’efficacité énergétique dans l’utilisation des bâtiments,  ainsi que des bénéfices économiques et sociaux, via la valorisation des artisans locaux et la formation et le transfert de compétences.

D’après la fondation, «la construction de classes bioclimatiques a pour objectif de créer des infrastructures confortables et polyvalentes, qui seront susceptibles de générer des synergies entre les enfants du village, leurs familles, les institutions locales et le paysage arganier au sein duquel ils s’inséreraient. Cet outil pédagogique est ainsi destiné à la communauté tout entière, qui souhaitait pouvoir en disposer pour accueillir les initiatives locales et les manifestations de toute nature, au bénéfice des enfants».

Notons que cette fondation attache également une importance toute particulière à la sensibilisation environnementale des enfants et des enseignants par la mise en place de jardins mis en œuvre par les élèves et enseignants en agriculture biologique et en irrigation par goutte-à-goutte.

Pour rappel, depuis 2012, 8 écoles bioclimatiques, 5 jardins et 7 serres solaires ont été construits en Inde, au Maroc et en Haïti, offrant à 3.400 enfants l’accès à l’éducation dans de meilleures conditions, dont deux écoles situées dans la commune de Drarga à une dizaine de kilomètres d’Agadir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *