15.000 téléboutiques au Maroc

Le Maroc a connu ces dernières années un foisonnement de l’activité des télécommunications. La téléphonie publique, en particulier, s’est distinguée par le phénomène des téléboutiques qui a révolutionné le secteur à partir de 1993. Aujourd’hui, les téléboutiques totalisent près de 15.000 unités (à la fin août 2001) au lieu de 26 en 1993. Une croissance fulgurante, surtout quand on sait qu’à présent on dénombre plus de 52 000 terminaux (appareils), au lieu de seulement de 142 voilà maintenant huit années. Un petit calcul donne un taux d’accroissement annuel des téléboutiques de 41 % en moyenne. Trente mille personnes vivent aujourd’hui de cette activité, lancée au départ pour résoudre le problème du déficit en couverture téléphonique. Rien que sur la période janvier-octobre 2001, ce ne sont pas moins de 3.000 projets téléboutiques et télékiosques qui ont été autorisés, sans oublier que le nombre des dossiers en instance s’élève à 1.000. Pour accompagner cette tendance, Maroc Telecom a décidé de porter le nombre des commissions d’octroi des autorisations à cinq au lieu de deux actuellement. La répartition géographique montre la prédominance de la région de Rabat avec 3.262 télé-boutiques, devant Fès (2.334), Casablanca (2.058), Marrakech (1.844), Agadir (1.877), Settat (1.722) et Oujda (1.268). Il est à noter que les téléboutiques se sont multipliées ces dernières années jusque dans les quartiers périphériques, situés essentiellement dans les zones urbaines et péri-urbaines. La répartition du parc téléboutiques fait monter que 80 % sont concentrés dans le milieu urbain et les 20 % dans le monde rural. Pourtant, l’approche commerciale de Maroc Telecom est surtout basée sur la couverture de la zone rurale. Pour remédier à ce déficit, l’opérateur envisage de développer des taxiphones dans les zones rurales, et autres communes et localités.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *