21 bateaux de pêche espagnols opèrent déjà

Le ministre des Pêches maritimes, M. Tayeb Rhafès, a signé, mardi à Rabat, vingt-et-une licences de pêche pour des navires espagnols, autorisés à opérer dans la Zone Economique Exclusive marocaine, après le geste de Sa Majesté le Roi envers les pêcheurs espagnols affectés par la catastrophe écologique du pétrolier « Prestige ».
« Nous nous sommes mis d’accord sur 64 bateaux, nos amis espagnols nous présentent aujourd’hui une liste de 21 bateaux qui vont commencer à pêcher à partir du 15 janvier et nous attendons le complément des bateaux qu’ils vont fournir par la suite », a déclaré Rhafès au cours de la cérémonie de signature des licences. Aujourd’hui, a ajouté le ministre, « nous appliquons la dernière phase de la haute décision royale permettant à un certain nombre de bateaux espagnols de pêcher dans les eaux territoriales marocaines pendant une période de trois mois renouvelable, dans l’hypothèse où la situation dans la région sinistrée n’enregistrait pas d’amélioration ».
Le ministre a remis les licences au conseiller à l’Agriculture et à la Pêche à l’ambassade d’Espagne à Rabat, M. Ignacio Gandarias.
Toutes les dispositions ont été prises par le ministère des Pêches maritimes pour accueillir la flotte espagnole dans les meilleures conditions et lui apporter toute l’assistance technique nécessaire, indique-t-on au département des Pêches.
SM le Roi Mohammed VI avait décidé, le 13 décembre dernier, d’autoriser, à titre exceptionnel, l’accès à la ZEE marocaine des opérateurs de pêche espagnols affectés par la catastrophe causée par le naufrage du pétrolier « Prestige » au large de la Galice (Nord de l’Espagne). Fin décembre dernier, le ministre espagnol de la Pêche et de l’Agriculture, Miguel Arias Canete, s’était rendu en visite au Maroc à la tête d’une délégation de cadres de son ministère pour s’entretenir avec son homologue marocain de la Pêche, Tayeb Rhafès, sur les détails techniques de la mise en application du geste solidaire du Souverain.
Suite à cette réunion, les deux parties avaient procédé à la signature d’un accord précisant le nombre de bateaux de pêche galiciens bénéficiaires en 64 entre chalutiers, palangriers et sardiniers.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *