2èmes Assises nationales de la médecine dentaire: La pratique illégale, cette éternelle bête noire des chirurgiens dentistes

2èmes Assises nationales de la médecine dentaire: La pratique illégale, cette éternelle bête noire des chirurgiens dentistes

Le chef de file est conscient de ce «charlatanisme» tel qu’ils l’ont qualifié lors de l’ouverture des 2èmes Assises nationales de la médecine dentaire qui se sont étalées jusqu’à samedi. «Or notre souci c’est la gestion de la santé dont celle bucco-dentaire des citoyens», a rétorqué Abdelilah Benkirane qui a invité les chirurgiens dentistes à constituer une partie intégrante de cette gestion.

Par l’occasion, il n’a pas manqué de leur recommander d’exercer leur métier en toute honnêteté sans le prendre pour une source de richesse. Le tout dans un discours mêlé au sens de l’humour. «J’aime bien mon dentiste même s’il me fait mal», a-t-il lancé.

En tout cas, cette amélioration de la santé bucco-dentaire chez l’ensemble de la population marocaine est placée au centre de la stratégie nationale de développement de ce secteur pour la période 2015-2025 débattue lors de cette manifestation organisée sous les auspices royaux.  
Ladite stratégie ambitionne de réduire d’ici 2025 la prévalence de la carie dentaire de 30% des enfants de moins de 15 ans et la prévalence des parodontopathies de 40% chez les jeunes moins de 15 ans. Comme elle prévoit d’atteindre un ratio de médecin dentiste et équipement dentaire de 1 pour 5.000 habitants, voire d’améliorer la réponse aux urgences des affections bucco-dentaires.      

Cette vision se veut également de renforcer les programmes préventifs et la communication en matière de santé bucco-dentaire, ainsi que l’offre de soins dentaires et améliorer les indicateurs de disponibilité et d’accessibilité, voire développer le cadre réglementaire et partenarial.
Cet arsenal juridique est un souci pour l’Ordre national des médecins dentistes.

«L’accélération de la promulgation de la loi relative à l’exercice de la médecine dentaire et celle régissant les professions paramédicales ainsi que le renforcement par le contrôle du ministère de tutelle des centres de formation des prothésistes dentaires avec la mise en œuvre de la carte sanitaire et le renforcement du partenariat entre les secteurs public et privé, peuvent aider à mettre fin au phénomène de l’exercice illégal de la profession de la médecine dentaire», a insisté le président Mohamed Jerrar.

Pour rappel, cet événement a été marqué par le lancement de la 1ère campagne nationale de la santé bucco-dentaire «Pour votre santé, prenez soin de vos dents» qui s’étalera du 24 novembre au 19 décembre. Le but étant de sensibiliser toutes les franges de la société, notamment les enfants, les jeunes et les personnes atteintes de maladies chroniques et à besoins spécifiques, à l’importance des moyens de prévention et de protection de la santé bucco-dentaire, comme préalable à la préservation de la santé générale de l’individu et de la société.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *