30.000 Marocains victimes de piqûres de scorpions

30.000 Marocains victimes de piqûres  de scorpions

Chaque année, 30.000 Marocains sont victimes de piqûres de scorpions, selon le Centre antipoison et de pharmacologie du Maroc (CAPM). Tadla-Azilal est l’une des régions les plus touchées par  les piqûres scorpioniques. Selon des statistiques données par la délégation du ministère de la Santé de Beni Mellal, 1744 piqûres de scorpions ont été enregistrées au titre de l’année 2007 dans cette province (836 personnes de sexe masculin et 906 de sexe féminin). Les mois de juin, juillet et août ont enregistré le plus grand nombre de piqûres (510 piqûres en juillet 2007 pour les deux sexes). Le nombre de personnes piquées par les scorpions et âgées de plus de 15 ans se chiffre à 559. Par contre, les personnes âgées de moins de 15 ans sont plus nombreuses avec 1185 cas. Les personnes mises en observation s’élèvent quant à elles à 1202. Pas moins de 123 personnes ont été hospitalisées. Par ailleurs, 5 décès ont été enregistrés en 2007 dans la province de Béni Mellal, exception faite pour les cas non déclarés. Pour le premier semestre de l’année 2008, le nombre des piqûres des scorpions a atteint 500 cas dans la province de Béni Mellal (260 personnes de sexe masculin et 240 de sexe féminin). Signalons que la tranche d’âge la plus touchée est celle des jeunes âgés de moins de 15 ans avec 319 cas. Les personnes âgées de plus de 15 ans étaient au nombre de 181. Le mois de juin a atteint un record avec 246 piqûres pour les deux sexes. S’agissant  des personnes mises en observation, leur  nombre s’est élevé à 399. En outre, 74 personnes ont été hospitalisées et 5 décès ont été enregistrés. Selon les  médecins à l’hôpital de Beni Mellal, la plupart des victimes des piqûres des scorpions sont âgées de moins de 15 ans. Non loin de Ain Asserdoun, ALM est allé au douar d’Ain El Ghazi Ali où des piqûres de scorpions ont été enregistrées. «Nous avons des scorpions de couleur noire et jaune. Nous habitons dans un lieu situé près des montagnes. C’est là que les scorpions sont présent et surtout dans les maisons construites avec des pierres. Nos enfants sont en danger à cause de ces insectes mortels », affirme un habitant de la région. Les cas de décès prolifèrent lorsqu’il s’agit de personnes habitant des régions très éloignées ou enclavées car plus le temps passe entre le lieu de la piqûre et l’hospitalisation, plus la chance de sauver la victime s’amoindrie. Les enfants restent les plus vulnérables. De nos jours, les scorpions font des victimes à la pelle et dans le monde entier. Pour l’année 2004, le Maroc a enregistré 91 décès et près de 25.000 cas de piqûres de scorpions. Selon le CAPM, de 2001 à 2006, pas moins de 528 personnes dont 95% des jeunes de moins de 15 ans sont mortes à cause des piqûres scorpioniques. Selon la même source, les régions les plus touchées étaient Marrakech-Tensift El Haouz, Doukkalla-Abda et Tadla -Azilal. Les scorpions sont nombreux surtout en été. Ils sont souvent attirés par l’humidité et la lumière. Dans la région Tadla-Azilal, on trouve des scorpions surtout dans les régions montagneuses et les plateaux qui ne sont pas irrigués «Terres Bours». Pour lutter contre ce fléau, il est indispensable d’organiser des campagnes de sensibilisation et d’expliquer aux gens qu’il faut toujours évacuer  d’urgence la victime vers le dispensaire ou l’hôpital le plus proche au lieu de recourir à des moyens traditionnels comme le gaz, le miel ou encore le henné.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *