70 % d’enfants atteints d’un cancer guérissent

Laïla T était âgée de 5 ans en 1983 quand ses parents ont remarqué son extrême pâleur. En une semaine, elle commençait à avoir des ganglions au cou et des taches bleutés sur la peau. Les médecins de l’Unité d’Hémato-oncologie pédiatrique (UHOP) de l’hôpital d’enfants à Rabat ont diagnostiqué une leucémie. Mis au courant, ses parents, désemparés et au bord du désespoir, ne croyaient pas que cela puisse leur arriver à eux. La bataille venait de commencer contre l’hydre et il a fallu souffrir trois ans de traitement, de ponction, de perfusion, de transfusion, de fièvre, de saignements, de perte de cheveux, de vomissements, de douleurs, de déprime, de courage et d’espoir. Par la suite, elle a pu faire ses études avec une année de retard. A 20 ans, elle a pu avoir son bac et à 23 ans, elle est déjà mariée et se présente à l’UHOP avec un beau bébé à la main pour lui faire des examens qui se sont révélés rassurants. Son médecin était tellement fière qu’elle a eu les larmes aux yeux. Le cancer de l’enfant est donc guérissable. Au Maroc, deux cas sur trois qui sont diagnostiqués assez tôt sont guéris. L’Unité d’Hémato-oncologie pédiatrique voit le jour en 1983. A l’origine, elle comprenait une salle de 6 lits et devant la demande accrue, elle passe, à partir de janvier 1986. Actuellement, cette unité comprend une trentaine de lits dont 9 sont réservés à l’hospitalisation du jour. Selon le professeur Fouzia Msefer Alaoui, 1000 nouveaux cas sont diagnostiqués au Maroc chaque année et l’UHOP en traite 350, alors que 300 autres malades sont dirigés vers l’unité sise à l’hôpital du 20 août de Casablanca. Environ une centaine d’autres cas sont pris en charge par le privé. Pour ce qui est des cas enregistrés à l’unité de Rabat, 85 % des malades viennent d’en dehors de l’axe Rabat-Salé avec une prédominance des régions du Nord-Est du pays. 60 % d’entre eux proviennent de milieux indigents. Chez les enfants, ce sont les leucémies et lymphomes qui sont les plus répandus. Ils représentent plus de la moitié des malades. Les enfants qui suivent leurs traitements au sein de l’UHOP bénéficient également et grâce à l’association « L’Avenir », dont la présidente d’honneur est son altesse royale la princesse Lalla Meryem, d’un espace école, aménagé au sein de l’hôpital. Cette école permet aux malades de suivre leurs cursus le plus normalement du monde. Si les cancers de l’enfant, non soignés, évoluent vers la mort en quelques semaines ou quelques mois, Ceux qui sont traités correctement 70 % des malades-guérissent et gardent les mêmes potentialités que les enfants sains du même âge. C’est en cela que le travail effectué est une lueur d’espoir qui se mue lentement mais sûrement en un faisceau de lumière qui éclaire la vie de plusieurs enfants.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *