80 % des foyers ruraux électrifiés

Dit global, le PERG l’est à trois niveaux. D’abord, il vise l’électrification globale des foyers ruraux du Royaume à brève échéance, ce qui relève de la globalité territoriale. Ensuite, il intègre l’ensemble des techniques d’électrification, d’où la globalité des techniques et enfin, le PERG doit intégrer l’ensemble des ressources financières pouvant être déployées pour l’électrification rurale. Un objectif qui nécessite un investissement moyen annuel de 1,5 milliard de DH. Le PERG étant un programme participatif, son financement est assuré par les collectivités locales, les foyers bénéficiaires et l’ONE. Les collectivités locales participent par 2085 DH par foyer bénéficiaire. Le règlement se fait soit au comptant soit par tranches de 500 DH par foyer bénéficiaire et par an pendant 5 ans. Pour leur part, les foyers bénéficiaires participent avec 2500 DH par foyer, payables à la demande de l’abonnement ou 40 DH par foyer et par mois pendant 7 ans. L’ONE participe par le reliquat représentant 55% dont 35% proviennent du prélèvement de 2,25% sur les ventes de l’électricité. L’initiative de la participation de la population locale étant encouragée par le PERG, d’autres modes de financement ont été adoptés. Ainsi, entre 1996 et décembre 2000, l’électricité à été mise à la disposition de plus de 500.000 foyers dans plus de 5.290 villages. Pour atteindre l’objectif des 80% dans les délais, l’ONE développe de nouveaux procédés, dans le cadre du PERG, notamment l’électrification par micro- centrales hydrauliques. Cette action s’inscrit dans le plan visant la valorisation des ressources énergétiques nationales et l’électrification des régions isolées ne pouvant bénéficier, à court terme, du raccordement au réseau général. Pour prospecter l’ensemble du territoire national, les bassins versants ont été répartis en quatre zones. Si les études de prospection de la zone, viennent d’être lancées, la prospection des zones II et III a déjà montré que 67 sites offrent des conditions naturelles favorables à leur équipement. L’ensemble des sites de la zone IV ont, pour leur part, été inventoriés et ont fait l’objet d’études détaillées. L’appel d’offres pour la construction des deux micro-centrales d’Agadir N’Aït M’hand (300KW) et Askkaw (200 KW) est lancé. Le but de ces aménagements est l’alimentation en énergie électrique de 63 villages répartis dans la vallée appartenant au haut bassin du Souss. Par ailleurs, près de 50 sites ont été identifiés dans la province du Haouz. Ils font l’objet d’un développement conjoint.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *