Abdallahi souhaite la dissolution du Haut Conseil d’Etat

Le président mauritanien renversé il y a dix mois, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, souhaite que le Haut Conseil d’Etat, pouvoir militaire en place depuis le coup d’Etat soit dissous avant qu’il ne démissionne volontairement, a déclaré, dimanche, son porte-parole à l’AFP. La démission volontaire du président, élu en mars 2007 et destitué le 6 août 2008, par des militaires, est prévue par l’accord de sortie de crise solennellement signé vendredi dernier à Nouakchott.
Le président du Sénat doit assurer l’intérim, avant une élection présidentielle le 18 juillet. «Le président ne pose aucun préalable à la formation du gouvernement d’union nationale qui dirigera la transition, mais il souhaite quand-même voir intervenir la dissolution du Haut Conseil d’Etat (HCE) avant sa démission volontaire», a ajouté Ahmed Ould Samba. M. Ould Cheikh Abdallahi a reçu durant le week-end, à son domicile de Lemden (250 Km à l’est de Nouakchott), des membres du groupe de contact international sur la Mauritanie qui lui ont officiellement remis une copie de l’accord de sortie de crise et ont discuté avec lui de ses modalités d’application.
Les tractations pour la formation du gouvernement de transition se poursuivaient dimanche à Nouachott. Les portefeuilles ministériels doivent être répartis de façon paritaire entre les partisans du général putschiste Mohamed Ould Abdel Aziz et l’opposition au coup d’Etat.
Selon une source diplomatique mauritanienne, il était normalement prévu que le président déchu signe lundi le décret de formation du nouveau gouvernement. M. Ould Cheikh Abdallahi voudrait que le rôle attendu de lui en tant que président de la République se fasse dans les conditions normales, c’est-à-dire au palais présidentiel, a précisé son porte-parole. Rappelons que lors de l’élection présidentielle qui s’est déroulée en mars 2007, Sidi Ould Cheikh Abdallahi a obtenu 24,80% des voix. Il avait étéélu lors du second tour avec 373 519 voix, soit 52,89% des suffrages exprimés, face à Ahmed Ould Daddah qui a obtenu 47,11%. Il avait été investi président le 19 avril 2007. M. Ould Cheikh Abdallahi avait souhaité le retour des réfugiés politiques mauritaniens après le départ du colonel Maouiya son prédécesseur. Il avait inscrit la restauration de l’unité nationale et l’approfondissement de la démocratie au rang des axes prioritaires de son mandat.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *