Abdelaziz Bouteflika procède à un remaniement ministériel

Abdelaziz Bouteflika procède à un remaniement ministériel

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a procédé, jeudi, à un remaniement ministériel qui confirme Ahmed Ouyahia au poste de Premier ministre mais exclut l’ancien ministre de l’Energie et des Mines Chakib Khelil, «appelé à d’autres fonctions», indique un communiqué. La plupart des grands ministères conservent leurs anciens titulaires, selon la liste révélée par le communiqué de la présidence.
Mais l’ancien ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales Nourredine Zerhouni est nommé vice-Premier ministre. Il est remplacé par Dahou Ould Kablia, qui était jusqu’à présent ministre délégué auprès de M. Zerhouni. M. Khelil, dont les futures fonctions ne sont pas précisées, est remplacé par Youcef Yousfi, qui a déjà occupé ce poste ainsi que des fonctions diplomatiques. Mourad Medelci et Karim Djoudi conservent respectivement le portefeuille des Affaires étrangères et des Finances. Abdelhamid Temmar, ancien ministre de l’Industrie et de la Promotion de l’investissement, est aujourd’hui à la tête du ministère de la Prospective et des Statistiques. Nacer Mehal, jusqu’alors directeur général de l’Agence Presse Service (APS, publique)) devient ministre de la Communication en remplacement de Ezzedine Mihoubi, tandis que Mustapha Benbada est nommé à la tête du Commerce, en remplacement de Hachemi Djaâboub, lui aussi appelé à d’autres fonctions. Le dernier remaniement ministériel date du 15 novembre 2009, lorsque M. Bouteflika, réélu en avril pour un troisième mandat, avait déjà reconduit M. Ouyahia comme Premier ministre et conservé la quasi totalité des ministres du précédent gouvernement. La presse annonçait régulièrement ce nouveau remaniement, principalement depuis le scandale qui a décapité la direction du groupe public d’hydrocarbures Sonatrach.  Plusieurs cadres dirigeants – dont le P-dg Mohamed Meziane et trois vice-présidents – impliqués dans des affaires de présumées malversations concernant des marchés de gré-à-gré avaient alors été inculpés.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *