Abderrahim Bentammar : «Le danger vient surtout des complications possibles de la grippe»

Abderrahim Bentammar : «Le danger vient surtout des
complications possibles de la grippe»

ALM : Quels sont les symptômes de la grippe A(H1N1) ?
Abderrahim Bentammar : Les symptômes de cette grippe sont similaires à ceux de la grippe saisonnière, c’est-à-dire un malaise général avec maux de tête, fièvre, douleurs musculaires et courbatures. Il s’y associe des symptômes d’irritation des voies respiratoires (toux…).

Dans quels cas la grippe A(H1N1) peut-elle s’avérer mortelle?
Le risque provient en général plus du terrain sur lequel elle survient que de la grippe en elle-même. Les personnes menacées par une évolution maligne (parfois avec issue fatale) sont les enfants en bas âge (à immunité en voie de constitution), les sujets âgés, d’autant qu’ils sont porteurs d’autres tares de santé, les insuffisants cardiaques, insuffisants respiratoires, insuffisants rénaux et autres porteurs de déficit immunitaire.
Le danger vient donc surtout des complications possibles de la grippe, complications principalement d’origine bactérienne : la grippe faisant en quelque sorte le lit à une greffe d’autres infections, on peut dire opportunistes (pneumonie, septicémie…).

En cas de contamination, quels sont les gestes et les mesures d’urgence à prendre?
En présence d’un cas de grippe A(H1N1), deux règles préliminaires importantes sont à suivre. D’abord, pas de place à la panique, ensuite pas de laxisme. En corollaire à ces règles, il ne faut pas d’improvisation et il y a lieu de faire preuve de responsabilité. Il faut s’adresser aux professionnels de santé (médecins, infirmiers, etc.). Ceux-ci appliquent une procédure codifiée, mise en place par les autorités sanitaires. Il s’agit de l’isolement des foyers avérés ou seulement suspects,isolement sanitaire et traitement des malades, isolement et mise en observation avec traitement prophylactique des sujets-contact, avec expectative armée.

Quelles sont vos recommandations pour se protéger contre la grippe A(H1N1) ?
La prévention passe par des mesures simples, non coûteuses. Les mesures d’hygiène s’imposent. Il faut veiller en particulier à la propreté des mains et des objets qu’on manipule ou que l’on touche (poignées de portes, clavier, etc). Hygiène de l’air qu’on respire, de l’environnement en général. De toute évidence, ces mesures qui doivent valoir en tous temps et en tout lieu seront encore plus draconiennes en présence d’un cas avéré de grippe. Le vaccin spécifique est en cours d’élaboration, mais déjà avec des précautions aussi élémentaires, on barre le chemin à la maladie, à son expansion démesurée.

Que pensez-vous de la circulaire qui interdit la vente des antiviraux dont le Tamiflu, le Relenza et le Genflu en pharmacie?
Les médicaments antigrippaux sont certes efficaces, mais ils restent à double tranchant. Ils peuvent avoir des effets secondaires plus ou moins sérieux. Ils peuvent surtout induire des résistances. Ils doivent donc être prescrits par le médecin et en aucune façon devenir un «médicament de comptoir» à l’instar, malheureusement, de certains antibiotiques et corticoïdes. La prescription doit être raisonnée et raisonnable, après un diagnostic des plus certains. Avec l’automédication, le risque est celui d’une pénurie dramatiquement préjudiciable aux malades. Pour toutes ces raisons et aussi pour optimiser la gestion de cet épineux dossier de santé publique, les autorités sanitaires ont, à mon avis, raison de réserver la prescription de ce genre de médicament aux premières lignes du front. Sans oublier l’aspect économique avec des médicaments qui restent chers, (même si la santé n’a pas de prix…, elle a un coût…)

Selon vous, devrait-on interdire le pèlerinage et quels sont les risques de contamination des pèlerins ?
Les autorités concernées sont au moins bilatérales : celles d’Arabie et les nôtres (il y a aussi l’OMS qui a son mot à dire, au moins sous forme de conseils et recommandations). Le pays récepteur est souverain et nous ne pouvons, à mon humble avis, que nous plier à sa volonté s’il décide la fermeture de ses frontières. (Il semblerait que par le passé le pèlerinage ait été interdit du temps de la peste). Sur un plan strictement médical, la grippe est une maladie des contacts, de la promiscuité, des foules. Je ne vois pas comment une explosion de la maladie ne peut pas se déclarer quand pour cela toutes les conditions sont réunies. Le moindre mal serait au moins de préserver les personnes fragilisées et ne pas les exposer à ce qui me parait un risque prohibitif.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *