Accidents de la route : Un énième plan d’urgence ?

Accidents de la route : Un énième plan d’urgence ?

Encore plus de morts durant les premiers mois de 2019

Rien que pour les quatre premiers mois de l’année en cours, le nombre des morts a enregistré un bond de 10%. A l’approche de l’été et les départs en vacances, le pire reste à craindre.

Le cas Maroc est-il désespéré en matière d’insécurité routière? Les dernières statistiques sont tellement préoccupantes que le ministère de tutelle appelle à l’adoption de nouvelles mesures. Les responsables parlent carrément d’un plan d’urgence alors qu’une stratégie nationale est en cours. La même source veut aller vers une approche plus territoriale et des mesures différentes. L’accent devrait être mis sur les usagers peu protégés (piétons et cyclistes) qui constituent 80 à 85% des morts sur les routes. Si les responsables veulent changer aujourd’hui de logiciel, c’est que les chiffres disponibles font froid dans le dos. Rien que pour les quatre premiers mois de l’année en cours, le nombre des morts a enregistré un bond de 10%. A l’approche de l’été et les départs en vacances, le pire reste à craindre.

Une réunion tenue par la Commission permanente de la sécurité routière montre comment les routes tuent toujours autant. Dans les détails, 1.357 personnes sont mortes entre janvier et avril derniers, soit 96 décès de plus qu’en 2018. Le nombre de morts en milieu urbain a augmenté de 7,27% alors qu’en dehors de ce périmètre la hausse était de 11,08%. Le mois d’avril a connu une hausse du nombre de morts de 28,19%, le mois de janvier de 15,45%, le mois de février de 3,32%, alors que le mois de mars a enregistré une baisse de 1,05%. Selon ces chiffres, la région de l’Oriental a enregistré une hausse de 67,86%, suivie de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (26,15%), de Fès-Meknès (20,99%), tandis que les régions de Dakhla-Oued Eddahab et Lâayoune-Sakia El Hamra ont connu la baisse la plus substantielle de 83,33 et 60%, respectivement.

Aussi, les décès en motocycles ont augmenté de 34,15%, suivis des décès en voitures (32,17%), des piétons (23,46%) et du transport de marchandises (4,82%). Les principales causes d’accidents mortels sont l’excès de vitesse (38,8%), le manque d’attention (27,5%), le défaut de maîtrise des véhicules (14,2%) et au dépassement défectueux (2,9%). Le nombre de contraventions durant la même période s’est élevé à 622.780, soit une baisse de 13,70% par rapport à l’année précédente, alors que 235.752 procès-verbaux ont été établis, avec une baisse de 15,90%. Face à cette situation, de nouvelles mesures ont déjà été mises en place.

La tutelle parle ainsi de contrôle accru avec l’utilisation de nouveaux matériels pour lutter contre les infractions du code de la route observées dans les villes et campagnes marocaines. Si l’ensemble des mesures prévues dans le cadre du plan d’action d’urgence  n’est pas encore connu, les responsables affirment que celles-ci viseront à améliorer les indicateurs de la sécurité routière durant la période estivale en renforçant les mesures au niveau de trois axes, à savoir le contrôle routier et technique, la communication et la sensibilisation et les soins dispensés aux victimes d’accidents. Quoi qu’il en soit, il semble que les objectifs tracés par la stratégie nationale, visant notamment à une baisse de 50% des morts sur les routes à l’horizon 2025, deviennent de plus en plus difficiles à atteindre…

Radars : Une technologie allemande sur les routes

Après plusieurs échecs, l’appel d’offres sur la mise en place de radars nouvelle génération sur les routes avait été finalement remporté par un consortium maroco-allemand. Ce dernier va ainsi procéder à l’installation et la maintenance de plus de 500 radars qui comprennent un système de contrôle de vitesse et de feux de signalisation. Des sources expliquent qu’il s’agit d’appareils dernier cri avec une technologie de pointe qui embarque notamment des systèmes de contrôle de vitesse et de feux de signalisation.

Il est question, en outre, de  la mise en place et la maintenance du logiciel de traitement et de gestion des données. Dans les détails, ces nouveaux radars sont dotés de caméras lasers avec l’objectif affiché de couvrir les grandes villes du Royaume comme Casablanca, Tanger, Rabat, Fès et Marrakech.

Les responsables comptent ainsi sur ces nouveaux équipements pour mieux lutter contre les infractions au code de la route.

Stratégie

Le Maroc compte chaque année 3.500 morts et plus de 100.000 blessés sur les routes, soit une moyenne de neuf morts et 320 blessés par jour. Pourtant, les responsables affirment que des mesures sont prises chaque année pour mieux lutter contre l’insécurité routière.

Rien que pour l’entretien des routes, le pays mobilise plus de 2 MMDH par an pour l’entretien des routes sans oublier les investissements concernant le volet de la formation et la sensibilisation. Il faut dire que le Maroc a mis en place la Stratégie nationale de la sécurité routière 2017-2026.

Cette dernière vise à réduire de 25% le nombre de morts dans les accidents de circulation à l’horizon 2021 et de 50% à l’horizon de 2026. Ladite stratégie s’articule autour de cinq axes relatifs aux piétons, aux motocyclistes, aux accidents où est impliqué un seul véhicule, au transport professionnel ainsi qu’aux accidents dont sont victimes les enfants de moins de 14 ans.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *