Accompagnement social: Une politique intégrée pour défendre les droits et les intérêts des MRE

Accompagnement social: Une politique intégrée pour défendre les droits et les intérêts des MRE

En prenant appui à une politique sociale homogène et intégrée, le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration (MCMRAM) poursuit l’accompagnement social des MRE.

Celui-ci consiste en l’élaboration et la mise en œuvre de programmes sociaux territoriaux au profit des MRE, le développement de l’accompagnement de la réintégration des familles marocaines dans leur pays d’origine et le soutien à leurs associations actives dans ce domaine. Ces programmes traduisent la volonté du ministère de créer de véritables projets de partenariat répondant aux différents besoins de la communauté marocaine, voire d’instaurer une nouvelle démarche impliquant un grand nombre d’acteurs territoriaux dans les pays d’accueil. Ainsi, l’action sociale est considérée parmi les axes principaux et prioritaires dans la politique du ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration. En outre, le programme social a pour objectif primordial d’instaurer une politique globale et intégrée pour défendre les droits et les intérêts de MRE, que ce soit dans les pays d’accueil ou dans la mère patrie. Le tout en adoptant une approche participative avec des objectifs clairs dans la mise en œuvre de l’ensemble des actions sociales du ministère. Celles-ci consistent à renforcer l’accompagnement des catégories sociales en situation vulnérable, à savoir les femmes abandonnées, les enfants mineurs non accompagnés, les retraités, les personnes âgées ainsi que les prisonniers. Le ministère a renforcé ses partenariats avec le tissu associatif marocain à l’étranger, de par un appui technique et financier des associations des MRE.

Aussi,  la tutelle a tissé des partenariats avec les gouvernements des pays d’accueil afin de renforcer la protection sociale des MRE. Le ministère a également fourni l’aide et l’assistance sociale aux groupes sociaux en situation de précarité pour faire face aux difficultés et aux problèmes sociaux qu’ils subissent. Outre ces opérations principales portant sur l’accompagnement social, le ministère a mis en place un fonds de soutien social au niveau des centres diplomatiques et consulaires au profit des personnes vulnérables résidant dans les pays arabes et africains. Dans l’ensemble, le paysage associatif ayant trait aux Marocains résidant à l’étranger compte plus de 2.500 associations. Ces associations œuvrent  dans la réalisation d’activités culturelles, religieuses et sportives au profit des MRE.

Comme elles procèdent à la réalisation de projets de développement local et de solidarité au Maroc . De plus, le tissu associatif MRE affiche une volonté sincère de contribuer à la concrétisation des objectifs stratégiques du Maroc en faveur de ses citoyens résidant à l’étranger. Ce tissu compte un nombre important d’associations capables de bien gérer des projets crédibles auprès de la communauté et des pouvoirs locaux et bien ancrés dans les sociétés des pays d’accueil.
Le Maroc a beaucoup d’espoir à l’égard de ces associations pour jouer les rôles d’interface avec ses citoyens résidant à l’étranger, mais aussi de relais avec les autorités et la société civile des pays d’accueil ainsi que de force de proposition et de réflexion pour la concrétisation de la politique nationale en matière de migration. Il importe donc qu’elles soient en mesure de jouer pleinement ces rôles, de faire preuve de sérieux, de dynamisme et d’efficacité pour accomplir la mission dont elles sont investies.

Plus de 2.500 associations œuvrent en faveur des Marocains du monde: La société civile a son mot à dire
Le panorama global du secteur associatif des Marocains résidant à l’étranger compte plus de 2.500 associations. Elles œuvrent aussi bien dans la réalisation d’activités culturelles, religieuses et sportives au profit des Marocains de l’étranger et au service des intérêts du Maroc dans les pays d’accueil, que dans la réalisation de projets de développement local du Maroc.

Le tissu associatif MRE détient un rôle important notamment vis-à-vis du Maroc puisqu’il sert à la fois de liaison entre les citoyens résidant à l’étranger et de relais avec les autorités et la société civile des pays d’accueil. En outre, ce tissu est aussi une force de proposition et de réflexion pour l’élaboration des politiques nationales en matière de migration. Quand bien même, la société civile des MRE connaît des difficultés au niveau de sa capacité managériale et nécessite un soutien dans la concrétisation de ses activités. Et ce, dans les domaines liés à la conception et à la gestion des projets, à la mobilisation des ressources, à la négociation et à la communication avec les partenaires.

Le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration a, dans ce sens, mis au point un programme d’appui dédié aux projets des associations œuvrant en faveur des MRE. Cette initiative apportée par l’Etat à ces structures s’affirme à travers un soutien scolaire en faveur des enfants MRE en situation difficile. Il est également prévu un accompagnement spécifique des jeunes MRE et des personnes en situation précaire (tels que les personnes âgées, les détenus, les mineurs non accompagnés, etc.). Ce programme initié par le ministère se veut aussi une plate-forme de lancement des projets culturels en vue de consolider les liens entre les MRE et leur pays d’origine. La femme marocaine résidante à l’étranger est également au cœur des priorités des pouvoirs publics. En effet, le ministère porte un intérêt particulier à l’amélioration de ses conditions de vie dans son pays d’accueil.
Dans l’objectif d’assurer le renforcement des capacités des associations des Marocains du monde, le ministère de tutelle propose un programme d’accompagnement d’envergure en amont et en aval auprès de ces unités bénéficiaires. Cette décision se traduit par un encadrement continu de ces associations depuis la conception de l’idée du projet apportée jusqu’à sa concrétisation sur le terrain.

De surcroît, une stratégie d’intervention auprès des associations MRE a été élaborée en quatre phases principales. L’information et l’orientation représentent la première étape du processus. L’accompagnement méthodologique et l’appui conseil technique individualisé interviennent dans un second temps. Dans un troisième lieu, le ministère procède au suivi, à l’évaluation et au compte rendu technique et financier des projets annoncés. En dernier lieu, il assure la connaissance et la mobilisation des locaux pour le financement des projets prévus.

Raniya El Meknassi
(Journaliste stagiaire)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *