Accusé de viol, il clame son innocence

Accusé de viol, il
clame son innocence

Ils entretenaient une relation amoureuse qui n’a pas duré longtemps. Est-ce vrai ? Quelque-uns de ses voisins à Hay Hassani, à Casablanca, confirment qu’ils les avaient déjà vus ensemble surtout au centre ville. Tandis que d’autres expliquent qu’ils ne les avaient jamais vus ensemble et qu’il s’agit seulement d’une quelconque médisance.
Toutefois, Mohamed confirme effectivement qu’il avait une relation avec sa visine, mais sans aller plus loin. En conséquence, les éléments de la police judiciaire de Hay Hassani-Aïn Chok se sont trouvés devant une affaire embrouillée qu’il n’est pas facile de tirer au clair.
Au départ, Laïla s’est dépêchée au commissariat de la police judiciaire pour déposer plainte. Elle était accompagnée par sa mère quand elle est rentrée chez les limiers avec un certificat médical attestant qu’elle avait fait l’objet d’un viol. Le médecin qui l’avait examinée a expliqué dans ce document que ses parties intimes et quelques membres de son corps présentent des traces de violence prouvant que Laïla a été violée. Le chef de la brigade a lu et relu ce document avant de lancer un regard scrutateur sur la fille qui s’asseyait les larmes aux yeux. Sa mère, qui tentait de la calmer, se tenait debout bien qu’elle ait été sollicitée de s’asseoir. Qu’est ce qu’elle a au juste ? Toujours les larmes aux yeux, Laïla a expliqué aux enquêteurs qu’elle était sortie de chez elle à destination du commerçant qui se situe près de sa demeure. Elle voulait faire des courses. Seulement, elle a été croisée par Mohamed. Il n’ést pas un étranger pour elle, puisqu’il est l’un de ses voisins. Il lui a exprimé son amour. Mais elle n’a donné aucune réponse. Il n’a pas cessé de lui lancer des propos mielleux pour lui exprimer ses bonnes intentions. Elle lui a demandé enfin de la laisser tranquille.
Cependant, il a continué à suivre ses pas sans lui adresser la parole. Pourquoi a-il cessé de lui parler tout en la ? Peu importe pour elle. Tout à coup, elle fut surprise par la main de Mohamed posée sur son épaule. “Qu’est-ce que tu veux de moi ?“, lui demande-t-elle. Il ne lui a pas répondu. Il l’a tirée vers lui et l’a poussée par la suite vers l’entrée d’une maison. Elle tentait de crier pour demander secours, mais Mohamed lui a fermé la bouche par sa main avant de verrouiller la porte de la maison. Aussitôt, il a fait sortir un couteau qui était caché sous ses vêtements et l’a menacée de la tuer si elle tentait de crier. Elle a obtempéré, l’a violée sans pitié. Après avoir assouvi ses instincts sexuels, il l’a relâchée dans un état lamentable.
C’est la version qu’elle avait racontée aux enquêteurs. Sans perdre du temps, ces derniers sont allés chercher Mohamed. Effectivement, il l’ont épinglé sans trop d’effort pour le conduire au commissariat de police. Avec un air d’exclamation, il s’est disculpé catégoriquement. Il a expliqué aux enquêteurs qu’il s’agit certainement d’un coup monté par Laïla et sa mère. Certes, il entretenait une relation amoureuse avec elle. Mais il a fini par rompre deux ou trois mois plus tard. Il a précisé qu’elle s’est adressée à lui à maintes reprises pour lui demander de se marier avec elle. Mais il ne voulait plus d’elle. Pour se venger, elle a décidé de l’accuser de viol, affirme-t-il.
Laquelle des deux versions est la vraie ? Seule la justice est habilitée à répondre en jugeant Mohamed coupable ou en l’innocentant. En attendant, ce dernier a été traduit devant le parquet général près la Cour d’appel de Casablanca qui a décidé de le garder en détention préventive.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *