Adoption du projet de loi de Finances 2010 par l’Assemblée nationale

Adoption du projet de loi de Finances 2010 par l’Assemblée nationale

L’Assemblée nationale algérienne a adopté, mardi, le projet de loi de Finances 2010 qui présente un déficit pouvant aisément être couvert par un fonds alimenté par les surplus des recettes pétrolières, et table sur une croissance du PIB de 5,5% hors hydrocarbures. Ce projet de budget fixe les dépenses à 82,7 milliards de dollars et les recettes à 43,4 milliards de dollars. Ces recettes sont en légère baisse par rapport à 2009 en raison d’une contraction des revenus issus de la fiscalité pétrolière après une baisse attendue des exportations, note l’agence APS. Le déficit budgétaire nominal est largement couvert par le fonds de régulation, alimenté par la différence entre le prix de référence (37 dollars le baril) du pétrole et celui effectivement pratiqué sur le marché. Ce fonds dispose actuellement de plus de 56,3 milliards de dollars.
Le projet de loi de Finances repose sur un taux de croissance prévisionnel du PIB de 4% (5,5% hors hydrocarbures), un prix moyen du baril de pétrole à 37 dollars, un taux d’inflation de 3,5%, et des importations de près de 37 milliards de dollars. Le texte souligne la volonté de l’État de maintenir le même rythme de ses efforts «pour le confortement de sa politique sociale, la lutte contre le chômage et la réalisation d’une croissance plus forte», ajoute l’agence.
La Défense nationale reste le poste le plus important avec près de 5,93 milliards de dollars, suivi de l’Éducation nationale qui bénéficiera d’une enveloppe de plus de 5,5 milliards de dollars, sans compter l’enseignement supérieur 2,44 milliards de dollars.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *