Affaire du déversement des lixiviats : L’eau n’est pas contaminée

Affaire du déversement des lixiviats : L’eau n’est pas contaminée

L’incident serait dû à la pluie et à la secousse survenue au cours du mois de février. Les deux facteurs ont causé une pression hydrostatique sur la masse des déchets qui a glissé vers l’un des bassins.

Suite au déversement des lixiviats survenu au mois de février, après l’effondrement des corps de déchets occasionnant le débordement d’un des bassins de collecte de cette matière, des analyses ont été commandées dans le cadre des commissions de suivi. Les résultats des analyses des eaux souterraines et superficielles présentés, au cours d’une réunion à la wilaya d’Agadir, et qui devaient être réalisés par l’Agence du bassin hydraulique, la délégation préfectorale de la santé, la gendarmerie royale et l’ONEE Branche eau, rassurent en annonçant que les résultats actuels sont négatifs. L’eau n’est donc pas contaminée «actuellement»… Le terme «Actuellement» a été à l’ordre des présentations des résultats des analyses. Explications. La nature du sol au niveau de la zone se caractérise par une partie argileuse et l’infiltration peut être une question d’années.

Ce qui nécessite un suivi des analyses à moyen et long termes. Une question épineuse qui sera soulevée par la présidente de la commune de Drarga, qui abrite le site de la décharge, dans son volet assurance. Rappelons que les représentants de la société gestionnaire TecMed ont pris part à cette réunion. Selon nos sources, l’assurance dans ses deux volets technique et naturel ne couvre que la durée d’exploitation de la décharge. Un point qui sera certainement intégré dans le nouveau cahier des charges puisque le contrat de gestion par TecMed arrive à son terme fin 2017. Selon les explications de la société TecMed, l’incident est dû à la pluie et à la secousse survenue au cours du mois de février. Les deux facteurs ont causé une pression hydrostatique sur la masse des déchets qui a glissé vers l’un des bassins occasionnant ainsi un déversement et la prolifération des lixiviats vers l’oued. La décharge de Tamlest, qui s’étend sur une superficie de 41 ha dont une superficie de approximative de 12 ha est utilisée, abrite cinq bassins des lixiviats. Sur les 255.380 m3 des lixiviats produits, 155.300 m3 se sont évaporés alors que 100.000 m3 constituent le stock actuel. 2 millions de tonnes de déchets sont enfouies sur le site de la déchage de Tamlest au terme de l’année 2016.

Il est à noter que la décharge actuelle reçoit les déchets du Grand Agadir avec dix communes. Par ailleurs, ladite décharge n’assure pas seulement les déchets ménagers mais elle reçoit également les déchets agricoles, médicaux, industriels et inertes.

En dehors de l’incident de déversement des lixiviats, le débat et les réunions se poursuivent aujourd’hui pour faire sortir la troisième mission du schéma directeur de la gestion des déchets au niveau du Grand Agadir. Le scénario d’une nouvelle décharge, au niveau de la commune d’Amskroud, est à l’ordre du jour en mode CEV (Centre d’enfouissement et de valorisation).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *