Affaire El Nene : le tribunal suprême espagnol refuse de suspendre l’extradition

Le tribunal suprême espagnol, la plus haute instance judiciaire en Espagne, a refusé de suspendre l’extradition au Maroc de Mohamed El Ouazzani, alias El Nene, préalablement à l’examen du recours présenté par la défense du narcotrafiquant contre cette décision, selon des sources judiciaires à Madrid. Les avocats d’El Nene demandaient la suspension urgente et temporaire de cette décision, adoptée le 19 juin, par le Conseil des ministres espagnol, dans l’attente de l’examen du recours, ajoute-t-on de mêmes sources. Le tribunal suprême explique son refus de suspendre cette extradition, par le fait qu’il appartient à l’Audience nationale de décider des questions de nationalité. La haute instance ajoute qu’elle se penche exclusivement sur la décision du Conseil des ministres espagnol. L’argument relatif à la nationalité, exposé par la défense d’El Nene ne justifie pas la requête de suspension de la décision du Conseil des ministres espagnol, poursuit-on de mêmes sources. Les autorités espagnoles avaient refusé de reconnaître à Mohamed El Ouazzani la nationalité espagnole. Celui-ci avait entamé une grève de la faim, quelques jours après son arrestation, en signe de protestation contre les autorités ibériques. Il cherchait à échapper à l’extradition par tous les moyens. El Nene vient d’être transféré d’une prison de Puerto de Santa Maria (Cadix-Sud) à une autre à Madrid, dernière étape avant la mise en exécution. Rappelons que la décision, favorable à l’extradition de Mohamed El Ouazzani avait été rendue par l’Audience nationale espagnole, le 11 septembre 2008. Le Conseil des ministres espagnol a accepté l’extradition de Mohamed El Ouazzani, en vertu de la décision de l’Audience nationale espagnole et conformément à l’accord relatif à l’extradition, signé entre les gouvernements espagnol et marocain. El Nene avait été arrêté dans le préside de Sebta le 22 avril 2008, en vertu d’un mandat d’arrêt international émis par les autorités marocaines. Cette opération est intervenue suite à un avis de recherche lancé par l’organisation internationale de la police (Interpol). n Mohamed El Ouazzani avait été arrêté dans le cadre de l’affaire Erramach, en 2003. El Nene était tombé dans les filets de la police espagnole, alors qu’il roulait dans le centre-ville de Sebta à bord d’une voiture empruntée à son frère. Né dans un quartier défavorisé de Sebta le 27 août 1975, il a rejoint très tôt le milieu glauque du trafic de drogue. El Nene est considéré comme l’un des plus gros trafiquants de haschisch. Sa fortune est estimée à 30 millions d’euros.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *