Affaire Jeblia : Reprise des plaidoiries mercredi

La défense a demandé, lors des audiences de mercredi soir, de libérer tous les prévenus, estimant que le procès-verbal de la police judiciaire contient de faux témoignages et insisté à ce sujet sur l’application des dispositions du  chapitre 583 du code de procédure pénale qui traite du faux témoignage dans des documents officiels. Les avocats ont souligné que les déclarations du mis en cause Aziz Belhcen ont été faites en septembre dernier alors que le document, objet du litige, date de juin 2004. Par ailleurs, le procureur général a demandé dans son réquisitoire de condamner Fatiha Hamoud alias Jeblia et Aziz Belhcen alias "Dab" pour les actes prouvés qu’ils ont commis et requis l’application d’une autre peine pour confisquer leurs fonds et leurs biens acquis par le trafic de drogue.  Il a ajouté que les accusations sur l’association de malfaiteurs, de trafic de drogue, de corruption d’un fonctionnaire dans le but de couvrir des activités illicites, sont prouvées pour ce qui de Fatiha Hamoud et son associé Belhcen. Ces derniers offraient, chaque semaine, des sommes d’argent à certains  policiers et gendarmes qui variaient entre 200 et 10.000 dirhams. Pour ce qui est des autres prévenus (25 policiers et 7 gendarmes), le procureur général a demandé à la cour d’accepter l’argument prouvant les actes qui leur sont reprochés, à savoir la corruption. Le prisonnier témoin dans cette affaire, Noureddine Belklioul, a affirmé devant la cour après une confrontation entre des prévenus que l’accusation de trafic de drogue qui donne lieu à un emprisonnement de 5 ans est infondée et qu’elle a été montée de toutes pièces par des éléments de la gendarmerie, soulignant qu’il n’a aucun rapport avec le trafic de drogue. Il a affirmé que les menottes saisies à son domicile ne lui appartiennent pas  et qu’il n’a jamais été un informateur de la police de Salé depuis 2001. Le témoin a également nié avoir assisté la police dans sa lutte contre le trafic de drogue et certains criminels.  
Beleklioul a indiqué qu’il était derrière la dénonciation des associés de Fatiha Hamoud, dont Belhcen arrêté par la police.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *